anadrolAnadrol est le plus puissant et le plus efficace des stéroïdes oraux. Le composé possède un effet androgène extrêmement élevé qui s’accompagne en même temps d’une composante anabolique intense. Pour cette raison, des gains dramatiques de force et de masse musculaire peuvent être obtenus dans une période très courte. Une augmentation de poids de 10 à 15 livres en seulement 14 jours n’est pas inhabituelle. La rétention d’eau est considérable, le diamètre du muscle augmente rapidement ce qui fait que l’utilisateur obtient une apparence massive en peu de temps. Puisque les cellules musculaires tirent beaucoup d’eau, le système musculaire de la plupart des athlètes a ainsi une apparence très lisse, voir même boursouflé. Anadrol ne procure pas un gain qualitatif de muscles mais plutôt un gain quantitatif. Anadrol lubrifie les joints puisque le surplus d’eau ira en partie s’y loger. Cela y est pour beaucoup dans l’augmentation énorme de force procuré par Anadrol, qui permet aussi aux athlètes ayant des problèmes de joints des entraînements sans douleur.

Les powerlifters dans les classes de poids élevées sont vendus à Anadrol. Une diète stricte combinée à la prise de Nolvadex et Proviron peut grandement réduire la rétention d’eau, menant ainsi à une distincte augmentation de la solidité des muscles. En prenant Anadrol, l’athlète fait l’expérience d’un énorme « effet de pompe » durant l’entraînement des muscles exercés. Le volume du sang dans le corps est élevé de façon significative causant ainsi un apport de sang plus élevé aux muscles durant l’entraînement. Anadrol augmente aussi le nombre de cellules rouges dans le sang, permettant aux muscles d’absorber plus d’oxygène. Le muscle atteint donc un niveau plus élevé d’endurance et de performance. Le fort effet androgène d’Anadrol stimule la régénération du corps, ce qui fait que le sur-entraînement craint par plusieurs est improbable. Bien que Anadrol ne soit pas un stéroïde utilisé en préparation de la compétition, il aide plus que tout autre durant une diète à maintenir la masse musculaire, permettant des entraînements intenses. Plusieurs bodybuilders l’utiliseront donc jusqu’à une semaine avant une compétition, résolvant le problème de rétention d’eau par la prise d’anti-oestrogènes et de diurétiques afin d’avoir une apparence massive et ferme sous les projecteurs.

Les opinions diffèrent quand au dosage. 0.5 -0.8 mg par livre de poids serait suffisant pour n’importe quel athlète. Cela donne entre1 – 4 comprimés, donc 50 – 200 mg/jour. Aucun athlète ne devrait prendre plus de 200 mg/jour sous aucune circonstance et le dosage de 150 mg /jour ne devrait même pas être dépassé. Pour les débutants, il est préférable de commencer à 50 mg/jour. Après quelques jours ou une semaine, la dose peut être augmenter à 100 mg/jour, un comprimée le matin et un le soir, pris avec les repas. Les athlètes plus avancés ou pesant plus de 220 lbs peuvent augmenter la dose jusqu’à 150 mg/jour vers la troisième semaine. Cependant, ce dosage ne devrait pas être pris pendant plus de 3 semaines, et personne ne devrait prendre Anadrol pendant plus de 6 semaines. Après l’arrêt de la prise du produit, il est important de continuer le traitement aux stéroïdes par un autre produit puisqu’autrement il y aura une réduction de masse assez drastique chez l’utilisateur, qui plus souvent qu’autrement, reviendra au même poids qu’il avait avant le début du traitement en une courte période. Aucun autre stéroïde ne cause une aussi drastique perte de force et de masse qu’Anadrol. La plupart des bodybuilders continuent leur traitement avec Déca-Durabolin , Sustanon, ou Testostérone Énanthate pendant plusieurs semaines.

Malheureusement Anadrol est le plus dangereux des stéroïdes oraux. La prise de ce produit peut causer plusieurs effets secondaires importants. Puisque c’est un alkyle 17-alpha, ce produit est très toxique pour le foie. La plupart des utilisateurs peut s’attendre à certain changements pathologiques des valeurs du foie après seulement une semaine. Une augmentation des valeurs du foie des enzymes GOT et GPT, aussi appelées transaminases ne peut souvent être évitée. Ces valeurs élevées sont souvent une indication d’hépatite, c’est à dire une infection du foie. Ceux qui arrêtent de prendre oxymétholone vont habituellement revenir à des valeurs normales en dedans de 2 mois. Une prise du produit plus longue ou des dosages trop élevés peuvent provoquer une teinte jaune des ongles, des yeux , et de la peau (jaunisse). C’est pourquoi la prise de ce produit devrait toujours être supervisée par un médecin.

Le produit oxymétholone convertit facilement en oestrogènes. Cela peut causer des symptômes de féminisation(gynécomastie) et une forte rétention d’eau, qui requièrent ainsi l’utilisation d’anti-oestrogènes (Nolvadex et Proviron), et une utilisation de diurétiques avant une compétition (Lasix). L’augmentation élevée de rétention d’eau peut aussi causer de la haute pression. Oxymétholone ne se convertie pas en DHT. Cependant il demeure un androgène puissant. Anadrol cause souvent une acné sévère.

Les autres effets secondaires possibles sont: Maux de tête, nausée, vomissements, douleurs d’estomac, perte d’appétit, insomnie, et diarhée . L’athlète peut s’attendre à une sensation d’inconfort général avec Anadrol, ce qui est complètement en contraste avec Dianabol qui procure un sentiment de bien-être général. La production endogène de testostérone est considérablement réduite par la prise d’Anadrol puisqu’il a un effet inhibiteur sur l’hypothalamus, qui, conséquemment réduit ou stop l’émission d’hormone gonadotrophine. C’est pour cette raison que HCG et Clomid seront nécessaires à la fin du traitement.

Anadrol n’est pas recommandé pour les femmes puisqu’il cause des symptômes de virilisation dont certains seront irréversibles: Acné, hypertrophie clitoridienne, voix grave, pilosité accrue sur les jambes, pilosité du visage, menstruations plus espacées, augmentation de la libido, perte de cheveux. Anadrol est tout simplement trop puissant pour l’organisme féminin.