Manuel d’Injection de l’Utilisateur de Stéroïdes

Accueil / Anabolique / Manuel d’Injection de l’Utilisateur de Stéroïdes

Le guide complet des injections de stéroïdes par voie intramusculaire ou sous-cutanée par l’auteur renommé Mike Arnold.

Table des matières

I. Types d’injection

II. Les méthodes d’injection

III. Techniques d’injection

IV. Aspiration : qu’est-ce que c’est et pourquoi est-ce important?

V. Pourquoi y-a-t-il tant de sortes de seringues?

VI. Quel type de seringue dois-je utiliser?
# Partie 1 : Spécifications de seringues standard
# Partie 2: Numéro de calibre
# Partie 3: Longueur de l’aiguille
# Partie 4 : Cc & ml

VII. Où faire l’injection?

VIII. Combien de cc puis-je injecter dans chaque muscle en une fois?

IX. Rotation des sites d’injection

X. Stérilisation

XI. Chargement d’une seringue

XII. Élimination des seringues usagées

XIII. L’administration d’une injection

XIV. Injections sous-cutanées d’AAS

XV. Combien de fois dois-je injecter ?

XVI. Section Q & R

Types d’injection I.

* AAS ( stéroïdes androgènes anabolisants )
* Peptides ( GH, insuline, IGF-1, etc )

Il existe deux catégories prédominantes de médicaments injectables utilisés pour l’amélioration des performances, qui sont les stéroïdes (AAS) et les peptides. Les stéroïdes sont des composés anaboliques et androgéniques qui ont été synthétisés en faisant des modifications à la molécule de testostérone, y compris la testostérone elle-même. Les exemples comprennent des médicaments tels que la testostérone, Deca, Dianabol, et Winstrol.

Les peptides comprennent une vaste gamme de substances différentes, responsables de l’induction de nombreux effets différents dans le corps. Tous les peptides utilisés dans les performances sportives sont utilisées à des fins de plus en plus de renforcement musculaire ou de force. Quelques exemples de peptides comprennent: GH (hormone de croissance), l’IGF- 1, l’insuline, le Melanotan, etc.

Dans ce guide de référence , en raison de la grande quantité d’informations nécessaire pour couvrir les pratiques d’injection à la fois des AAS et des différents peptides, nous allons nous concentrer uniquement sur les AAS dans ce guide. Les injections pratiques de peptides seront couvertes dans leur propre guide de référence .

II. Méthodes d’injection

* L’injection intramusculaire: Une injection dans le tissu musculaire .
* Injection sous-cutanée: Une injection dans la région entre la peau et le muscle, également connue comme une injection sous-Q.

En ce qui concerne l’amélioration des performances, il existe deux méthodes d’injection primaires. Ce sont le procédé d’injection par voie intramusculaire et le procédé d’injection sous-cutanée. Le mot à lui seul décrit bien ce qu’est une injection intramusculaire, c’est une injection donnée directement dans un muscle. Une injection sous-cutanée est une injection qui est placé dans la région entre la peau et le muscle. La méthode utilisée dépendra du produit administré, du dosage, ainsi que des objectifs et préférences de l’ utilisateur.

L’écrasante majorité des personnes choisissent d’administrer leurs AAS par voie IM ( intramusculaire), même si les injections sous-cutanées peuvent être utiles pour l’administration des AAS qui nécessitent des injections quotidiennes. Les injections intramusculaires quotidiennes peuvent devenir fastidieuses, c’est le moins qu’on puisse dire, et dans des circonstances comme celle-ci l’injection sous-cutanée peut être la méthode préférée.

III . Techniques d’injection

* Technique en Z: Une technique utilisée pour empêcher la fuite en post-injection suite à l’injection d’une substance.
* Technique de la bulle d’air: Une autre technique utilisée pour empêcher la fuite en post-injection suite à l’injection d’une substance.

En appliquant les techniques d’injection ci-dessus, le but est de sceller le composé injecté dans le muscle profond, éliminant ainsi tout chemin de sortie à travers lequel le médicament peut fuir au delà du site d’injection. Ces techniques sont pour les injections IM seulement. Bien que ces techniques ne soient pas pas indispensables afin d’effectuer une injection correcte , elle permettent à l’utilisateur de minimiser la perte d’huile en post-injection.

La première technique que nous allons examiner est la méthode en Z. La méthode en Z nécessite le déplacement temporaire de la peau et du tissu sous-cutanée avant injection et son relâchement immédiatement après l’injection. Afin d’effectuer la méthode en Z, préparez votre seringue et soyez prêt à injecter. Une fois la seringue dans la main, utilisez votre main libre pour tirer la peau au site d’injection à 1-2 cm de son emplacement d’origine. Tout en continuant à maintenir la peau dans cette position étirée, administrez l’injection dans l’emplacement d’origine. Immédiatement après avoir retiré la seringue à partir du site d’injection, relâchez la peau qui a été maintenu en place. La méthode en Z fonctionne le mieux dans des endroits où il y a une plus grande quantité de peau lâche. L’utilisation pour des endroits où la peau est plus tendue sera plus difficile.

La technique de la bulle d’air consiste à injecter une petite quantité d’ air à la fin de l’injection. Afin d’effectuer cette technique, préparez votre seringue et soyez prêt à injecter. Lorsque la seringue est dans votre main, tirer 1/4 cc d’air dans la seringue. Juste avant et pendant l’injection, assurez-vous que l’aiguille pointe vers le bas, de sorte que l’air flotte au dessus du cylindre (près du piston ) et soit la dernière chose à être injectée dans le muscle, c’est cette petite bulle d’air qui permettra de sceller l’ouverture et éviter les fuites.

IV . Aspiration : Qu’est-ce que c’est et pourquoi est-ce important?

L’acte d’aspiration est réalisée en tant que mesure de sécurité, et ce afin d’empêcher une injection accidentelle directement dans un vaisseau sanguin. L’acte de l’aspiration doit être effectué avant chaque injection IM, ce n’est pas nécessaire lors de l’exécution sous-cutanée car il n’y a pas de vaisseaux sanguins dans cette région.

Pour effectuer cette procédure simple, il faut avoir complètement insérée l’aiguille dans le site d’injection. Une fois l’aiguille insérée à fond, mais avant d’appuyer sur le piston, tirez doucement sur le piston de quelques millimètres. Si aucun sang n’entre dans le cylindre, vous pouvez procéder à l’ injection en toute sécurité. Si le sang entre dans le cylindre, vous êtes entré dans un vaisseau sanguin et il faut déplacer la seringue. Voir des traces ou des taches de sang n’est pas indicatif que vous avez entré dans un vaisseau sanguin. Généralement, quand une veine (vaisseau sanguin) a été percée, le sang coulera dans le cylindre en tirant le piston. Si vous percez un vaisseau sanguin, vous n’avez pas nécessairement besoin d’enlever complètement la seringue et tout recommencer. Tout d’abord, essayez de tirer sur l’aiguille de 5 mm à 10 mm et puis essayez d’aspirer de nouveau . Si le sang ne coule pas dans le cylindre après cette 2ème tentative, alors vous avez quitté le vaisseau sanguin et vous pouvez continuer sans danger. Si le sang continue à entrer dans le cylindre, vous devrez retirer l’aiguille et trouver un nouveau site d’injection.

L’aspiration n’est pas nécessaire lorsque vous faites une injection sous-cutanée, cela est uniquement pour les injections en IM.

V. Pourquoi y-a-t-il tant de sortes de seringues?

Pour un débutant, les différents types de seringues et leur terminologie associée peuvent être source de confusion. Penchons-nous sur ces différences qui définissent les différents types de seringues. En général, les seringues sont définis par les trois éléments suivants: taille de l’aiguille (calibre), le nombre de CC qu’une seringue peut contenir, et la longueur de l’aiguille. En apprenant ce que ces choses signifient, vous n’aurez aucun problème à choisir la seringue adaptée à vos besoins.

Vous avez peut être entendu parler d’un type de seringue connue comme «seringue à insuline». Peu importe si une seringue est classée comme une seringue à insuline ou pas, toutes les seringues, y compris les seringues à insuline, sont classées par les trois variables énumérées ci-dessus. Les seringues à insuline sont désignées comme telles en raison de l’utilisation pour laquelle elles ont été produites, ce qui est d’administrer de l’insuline aux diabétiques. Parce que les diabétiques ont souvent besoin d’effectuer de multiples injections quotidiennes dans la région sous-cutanée, une aiguille plus petite et plus courte est nécessaire, afin d’accroître l’observance du patient au moyen d’injections plus tolérables et relativement indolores.
Regardons plus précisément les trois variables ci-dessous:

* Calibre (identifié par la lettre G): Le calibre de la seringue se réfère uniquement à l’épaisseur de l’ aiguille elle-même. Plus le numéro du calibre est bas, plus grosse est l’aiguille. Plus le numéro de calibre est haut, plus mince est l’aiguille.
* CC: Un CC se réfère à la quantité de volume d’huile qu’une seringue peut contenir. La seringue moyenne tiendra entre 1-3 cc. Plus une seringue contient de CC, plus le cylindre sera large.
* Longueur de l’aiguille: La longueur de l’aiguille se réfère simplement à la longueur de l’aiguille. Ce n’est pas une mesure de l’ensemble de la seringue, mais seulement de l’aiguille elle-même. L’aiguille moyenne mesurera entre 10mm et 40mm de longueur.

En règle générale, les seringues utilisées normalement pour injecter les AAS (les seringues non insuline) sont emballées individuellement et peuvent être achetés une à la fois. Les seringues d’insuline sont dans un sac en plastique transparent en paquets de 10.

VI . Quel type de seringue dois-je utiliser?

# Partie 1 : Spécifications de seringues standard
# Partie 2: Numéro de calibre
# Partie 3: Longueur d’aiguille standard pour injection
# Partie 4 : CC et ML

 

Spécifications de seringues standard

Aiguilles les plus communes pour injection de stéroïdes en IM: calibre 23(bleu), calibre 25(orange), 16mm à 40mm, seringue 3cc.
Seringues les plus communes pour les injections de peptides en sous-cutané : calibre 28 à 31, 8mm à 12.7mm de longueur, seringue de 1cc (également connues comme les aiguilles à insuline ) .

Numéros de calibre

En tant que personne qui cherche à gagner en taille et / ou en force, vous aurez probablement seulement besoin de vous préoccuper de l’injection des AAS et des peptides. Comme les AAS demeurent la catégorie la plus fondamentale de drogues améliorant la performance, nous allons commencer là.

La plupart des produits de stéroïdes sur le marché sont à base d’huile. En tant que stéroïde à base huileuse, la molécule de stéroïde a été mis en suspension dans l’huile, l’huile étant utilisée en tant que support. Puisque les AAS sont mesurés en mg et sont un solide dans leur forme naturelle, ils nécessitent un support pour être délivrés de manière efficace dans le corps par injection. Etant donné que l’huile est nettement plus résistante à la prolifération des bactéries que l’eau et est également peu coûteuse, elle est un choix logique. Cependant, l’huile a également une viscosité supérieure à celle de l’eau, ce qui signifie qu’elle va résister à l’écoulement lors de l’application d’une force à un degré plus élevé que l’eau. Plus la viscosité d’un produit injectable est grande, plus épaisse aura besoin d’être l’aiguille afin de pouvoir pousser le fluide au travers.

Quand on parle de l’épaisseur de l’aiguille, de laquelle des trois variables mentionnées précédemment parlons-nous? Si vous pensiez à « calibre », vous pensiez correctement. Le calibre d’une seringue se rapporte uniquement à l’épaisseur de l’aiguille. Choisir le calibre correct est le facteur le plus important dans la sélection parce que si vous choisissez un numéro de calibre qui est trop élevé, l’huile ne passera pas au travers. Et si vous choisissez un numéro de calibre trop petit, vous percerez votre peau et tissu avec une grosse aiguille inutilement. La règle la plus élémentaire à suivre quand vient le temps de faire la sélection du calibre est de choisir le numéro de calibre le plus élevé possible, qui permettra tout de même à l’huile de circuler à travers l’aiguille. Cela rendra l’injection peu invasive, tout en réduisant l’inconfort et minimisant l’accumulation de tissu cicatriciel. Il n’y a pas de bravoure dans le fait d’utiliser une aiguille qui est plus épaisse que nécessaire, juste de la stupidité.

Aujourd’hui, presque tous les stéroïdes passeront facilement dans une seringue de calibre 25, de sorte que la taille de ce calibre devrait être votre choix automatique lorsque la viscosité d’un stéroïde est inconnue. Ce calibre est relativement mince par rapport aux seringues utilisées dans le passé. Il n’y a quand même pas si longtemps la viscosité de nombreux stéroïdes à base d’huile était beaucoup plus élevée qu’elle ne l’est aujourd’hui, exigeant l’utilisation de calibre 21 ou 22 pour pratiquement toutes les sortes d’injections… et même parfois, comme lors de l’injection de formules grossières de suspension de testostérone ou de Winstrol injectable, une seringue de calibre 18 était nécessaire juste pour être en mesure d’adapter les cristaux de stéroïdes à travers l’aiguille sans l’obstruer. Pour ceux d’entre vous qui cherchent à se représenter mentalement une aiguille de calibre 18 sans point de référence, pensez plus à un clou de petite taille plutôt qu’à une aiguille. Les AAS dans leur ensemble sont assez simple à comprendre dans leur application et sont assez uniformes au sein de leur classe .

Le mot «peptide» est juste un terme général utilisé pour définir de nombreuses catégories différentes de médicaments. Tous les peptides sont capables de passer à travers la seringue à insuline standard. Les seringues à insuline sont vendues en paquets de 10 et sont enfermées dans une enveloppe de plastique. Elles varient en calibre de 28 à 31 et elles peuvent toutes injecter n’importe quel peptide.

Longueurs d’aiguille standard pour les injections de stéroïdes en IM et les Peptides

AAS
Fessiers : 25 mm à 40 mm.
Deltoïdes : 25 mm.
Quads : 25 mm (certaines personnes peuvent utiliser aussi petit que 12mm pour injecter dans les quads et les deltoïdes, dépendamment de leur taus de gras ) .
Biceps : 12 mm à 25 mm.
Triceps : 12 mm à 25 mm.
Mollets : 12 mm à 25 mm.
Trapèzes : 12 mm à 25 mm.
Lats : 12 mm à 25 mm.

Peptides
Injection sous-cutanée: 8 mm à 12 mm.
Injection IM: 12 mm.

Lorsque l’on regarde la colonne AAS ci-dessus , vous pourrez voir des longueurs d’aiguille recommandés indiquées pour chaque partie du corps. Les seringues de calibre 23 et 25 en longueur de 12 mm à 40 mm sont largement disponibles. Il suffit simplement de choisir la longueur de l’aiguille selon la partie du corps où vous désirez faire l’injection.

Lorsque l’on regarde la colonne de peptide ci-dessus, vous pourrez voir des longueurs d’aiguille indiqués pour chaque méthode d’injection. Les injections de peptides n’ont pas été répertoriées selon les parties du corps car, comme pour toutes les injections sous-cutanées, il faudra une longueur d’aiguille de 8 mm à 12 mm, quel que soit le site d’injection.

Il est important de noter que lors de l’exécution d’une injection IM avec une seringue à insuline, une de 12 mm doit être utilisée, les aiguilles de longueur 8 mm sont trop courtes pour pénétrer suffisamment profondément dans le muscle, et en fonction du niveau de graisse corporelle de la personne, il se peut même qu’elle ne puisse pas du tout entrer dans le muscle. En général, je préfère la longueur de 12 mm pour toutes les injections de peptides, IM ou sous-cutanée.

CC & ML

Le terme  » cc  » représente centimètres cubes et est une unité de mesure pour déterminer le volume d’injection . Il est important de noter que les termes cc et ml (millilitre) sont identiques et interchangeables l’un avec l’autre. 1 cc = 1 ml. Alors que les seringues indiqueront la mesure en cc, les produits de stéroïdes injectables (fioles/bouteilles/ampoules) utiliseront presque toujours le ml comme unité de mesure. Donc, si votre produit stéroïde indique qu’il contient 10 ml par fiole à 250 mg/ml, vous savez qu’il contient également 10 cc par bouteille à 250 mg/cc. Par conséquent , si vous voulez injecter 500 mg de ce stéroïde, vous aurez besoin d’injecter 2 cc (2 ml) de ce produit.

La plupart des seringues de calibre 23 et 25 viennent avec un cylindre de 3 cc lorsqu’on achète les deux ensemble (seringue avec aiguille). Il se peut parfois que le cylindre soit plus petit, il est donc important de vérifier lors de l’achat que le cylindre puisse effectivement contenir 3 cc puisque les utilisateurs de stéroïdes injectent souvent plus d’un cc à la fois.
Quand il s’agit de peptides, la plupart des seringues à insuline contiendront entre ½ et 1 cc. Les deux tailles différentes sont adaptés à la moyenne des injections de peptide.

Remarque sur les injectables à base d’eau: de moins en moins de stéroïdes utilisent aujourd’hui l’eau comme support, ce en raison d’une plus grande propension de l’eau pour former des bactéries par rapport aux stéroïdes huileux. Pourtant, les injectables à base d’eau forment un petit segment du marché, principalement sous la forme de différentes marques de suspensions de testostérone et de préparations de Winstrol injectables. Bien que les variables de longueur d’aiguille et de cc soient semblables que l’on parle de stéroïde à base d’huile ou à base d’eau, les numéros de calibre eux peuvent varier énormément en fonction de la marque. Heureusement, la plupart des fabricants actuels s’orientent vers des versions ultra-micronisées de ces produits. Quand un produit à base d’eau est ultra-micronisée, cela signifie que les particules de stéroïdes dans l’eau sont très fines et peuvent passer à travers un certain nombre de calibre supérieurs. Les produits qui ne sont pas ultra-micronisés contiennent des particules qui sont beaucoup plus épaisses et par conséquent, ils nécessitent un numéro de calibre inférieur pour que les particules puissent passer à travers l’aiguille. Les produits en suspension peuvent nécessiter une taille de calibre qui varie entre 18 (généralement avec des produits plus grossiers et anciens, ceux-ci n’existent presque plus aujourd’hui ) et 25, ou au-dessus.

VII. Où faire l’injection?

Inévitablement, l’une des premières questions que beaucoup de personnes vont se poser peu de temps avant leur première injection de stéroïdes est « où dois-je injecter »? Bien qu’il n’existe pas de réponse juste ou fausse, les muscles les plus souvent injectées chez les utilisateurs lors des premières fois sont les fessiers et les deltoïdes. Les deux groupes musculaires sont relativement indolores ( potentiellement), n’ont pas de grandes veines/artères près de la surface, et contiennent une faible densité de nerfs. Les quads (quadriceps) sont une autre partie du corps populaire utilisée pour les injections, bien qu’il faut être un peu plus prudent lors d’injection dans cette partie du corps, car il y a plus de nerfs , plus de veines, et plus d’artères dans cette région.
Fondamentalement, n’importe quel muscle peut être injecté, bien qu’il soit toujours mieux d’injecter dans les muscles plus grand et plus épais par rapports aux groupes de muscles plus petits. Un exemple d’une partie du corps qui se situe dans cette dernière catégorie est l’avant-bras. Cette partie du corps est rarement injectée et est un mauvais choix de toute façon, donc à éviter. Ne jamais injecter dans les mains, les pieds, ou le cou.

Tout aussi important que le choix du muscle à injecter est le choix de l’endroit exact où vous injecterez dans ce muscle. En général, lorsqu’il s’agit de décider où faire votre injection, gravitez vers la partie la plus épaisse, la plus charnue du muscle ciblé. Cependant, cet avis ne vous conduira pas toujours dans la bonne direction, alors voici quelques conseils de base pour les groupes musculaires les plus courants (delts , fessiers et quads). Lors de l’injection dans les deltoïdes , les 3 côtés sont adéquats, bien que les côtés latéraux et arrières soient habituellement un peu plus confortables. Vous pouvez injecter à peu près n’importe où sur les fessiers, mais il faut éviter l’injection trop loin sur le côté, le nerf sciatique (un nerf important qui descend tout le long de la jambe et des fessiers) se situe à cet endroit. L’injection dans les quads est un peu plus compliquée. N’injecter jamais à l’intérieur des cuisses, injectez uniquement dans les muscles du quadriceps réels eux-mêmes, en particulier le vaste externe, et dans le droit antérieur. Le vaste interne peut également être utilisé pour l’injection, même si ce n’est pas la meilleure zone pour un débutant.
Avec l’expérience, vous pourrez développer vos propres préférences concernant le choix du site d’injection et serez plus compétent dans l’ensemble du processus.

VIII . Combien de cc puis-je injecter dans chaque muscle en une fois?

Sites d’injection primaires pour les stéroïdes

Fessiers : limite de 3 cc
Delts : limite de 2 cc ( 3 cc est faisable dans les deltoïdes si vous utilisez une aiguille de 25 mm , mais il est préférable d’utiliser les quads ou les fessiers pour les volumes d’injection supérieure à 2 cc).
Quads : limite de 3 cc ( lors de l’injection de plus de 2 cc dans les quads , vous devez utiliser une aiguille de 25 mm, avec des volumes d’injection de 2 cc et moins , une aiguille de 12 mm est bien, en supposant que vous soyez relativement maigre.).

Sites d’injection secondaires des stéroïdes

Biceps : limite de 1.5 cc.
Triceps : limite de 1.5 cc.
Mollets: limite de 1.5 cc.
Traps : limite de 2 cc.
Lats : limite de 2 cc.

Injection de peptide en sous-cutanée

Ensemble de la région sous-cutanée : limite de ½ cc (les volumes d’injection au-dessus de 1/2 cc peuvent causer des irritations ou des bosses disgracieuses).

Il est recommandé que le débutant se limite aux sites d’injections primaires des stéroïdes jusqu’à ce qu’il ait bien développé sa technique et soit plus compétent dans le processus d’injection. Les sites d’injection secondaires ont une marge d’erreur plus élevée (plus de nerfs, plus de vaisseaux sanguins, et parfois ces muscles sont moins développés) et peuvent être aussi plus douloureux. Souvent, les utilisateurs avancés commencent à utiliser ces sites d’injection secondaires à cause d’un calendrier d’injections fréquentes et/ou ils ont déjà administré une grande quantité d’ injections dans les sites d’injection primaires. L’injection fréquente dans la même zone et/ou avoir administré un grand nombre total d’injections dans la même zone peut provoquer l’accumulation d’un excès de tissu cicatriciel.

IX . Rotation des sites d’injection

Une situation qui peut éventuellement survenir si la personne continue à s’injecter des AAS assez longtemps est l’accumulation de tissu cicatriciel. Le tissu cicatriciel est un tissu conjonctif, fibreux et dense, qui se forme sur une plaie ou une coupure, interne ou externe. Dans le cas d’ une injection, le tissu cicatriciel formé est interne. Le tissu cicatriciel peut empêcher la contraction (rendre le muscle plus faible), empêcher la croissance musculaire locale, diminuer la flexibilité, et accroître la possibilité d’une nouvelle blessure .

Une certaine formation de tissu cicatriciel est inévitable, car à chaque fois que l’injection est administrée, un tissu cicatriciel se forme. Le fait est qu’un tissu cicatriciel en excès et problématique n’est pas quelque chose à laquelle vous voulez être confronté. Heureusement, nous pouvons prendre des mesures pour minimiser l’apparition de tissu cicatriciel en faisant la rotation des sites d’injection. Le tissu cicatriciel est beaucoup plus susceptible de se former à un degré plus élevé si vous utilisez le même site d’injection de façon répétée et fréquente. Pour cette raison , il est judicieux de commencer une rotation dans laquelle les sites d’injections sont systématiquement transférés d’une zone à l’autre de manière systématique. En général, l’individu sélectionne au moins trois parties de corps à inclure dans cette rotation, tout en modifiant les zones pour chaque partie du corps, ce afin de diminuer le nombre de fois où la même zone sera injectée par rotation .

Ce qui suit est un exemple d’une rotation efficace au site d’injection:

Injection # 1 : fessier supérieur gauche
Injection # 2 : fessier supérieur droit
Injection # 3 : delt supérieur droit
Injection # 4 : delt supérieur gauche
Injection # 5 : quad supérieur droit
Injection # 6 : quad supérieur gauche .
Injection # 7 : fessier inférieur droit .
Injection # 8 : fessier inférieur gauche .
Injection # 9 : delt inférieur droit .
Injection # 10 : delt inférieur gauche .
Injection # 11 : quad inférieur droit .
Injection # 12 : quad inférieur gauche .
Injection # 13 : Répétez.

Cette rotation de 12 sites particuliers utilise plusieurs sites d’injection les plus communs et les plus sûrs. Ce n’est là qu’un exemple de la façon dont vous voudrez peut-être structurer votre rotation d’injection, selon vos préférences personnelles. Le nombre de sites d’injection possibles est extrêmement grand, car même de petits ajustements dans le placement de l’aiguille sont efficaces pour minimiser l’excès d’accumulation de tissu cicatriciel. Le type de modèle suivi n’est pas ce qui est important. Ce qui importe est que vous changiez vos sites d’injection fréquemment.

Mis à part les conséquences mentionnées précédemment associée à une accumulation excessive de tissu cicatriciel, les injections à répétition dans une zone unique augmente considérablement le risque d’abcès et d’infection. Dans le cas d’ une infection sévère et/ou d’un abcès, une intervention chirurgicale peut devenir une exigence potentielle. Dans les cas où la chirurgie est nécessaire, le retrait de tissu maigre peut être nécessaire (le retrait du tissu musculaire infecté). Il peut en résulter une déformation visuelle externe du muscle, endommageant de manière permanente son aspect. La mise en œuvre de pratiques d’injection appropriées peut réduire considérablement la probabilité de l’apparition de ces problèmes de santé.

Bien que les injections sous-cutanées puissent initier le développement de tissu cicatriciel dans la région sous-cutanée, il n’est généralement pas aussi problématique que le développement de tissu cicatriciel en intramusculaire. Il n’est pas nécessaire pour moi de donner un exemple de rotation avec des injections sous-cutanées comme je l’ai fait avec les injections IM de stéroïdes, mais l’utilisateur doit rester conscient de ce fait et faire une rotation de ses sites d’injection en conséquence.

X. Stérilisation

La stérilisation est une part cruciale du processus d’injection, car les pratiques d’injection non hygiéniques posent le plus grand risque en termes de développement d’ infections graves ou d’abcès. Comme décrit ci-dessus, ce sont des problèmes de santé que vous voulez éviter à tout prix et investir un peu de temps et de considération dans cet aspect de votre programme peut vous éviter des problèmes sur le long terme.
Vous avez le contrôle sur 3 éléments clés qui ont besoin de demeurer stériles en tout temps. Ils sont la ou les aiguilles utilisées, le site d’injection, et le bouchon de caoutchouc de chaque fiole de laquelle vous tirerez votre produit. Il est de votre devoir de faire en sorte que ces composants ne viennent pas en contact avec autre chose que ce à quoi ils sont supposés toucher. Quand il s’agit de garantir la stérilité, l’alcool est votre arme de choix. L’alcool tue plus de germes et bactéries de façon sécuritaire que tout autre produit ménager.

La stérilisation d’un site d’injection ou d’un objet est un processus simple. Avant la stérilisation, nettoyez la zone de tout débris de sorte qu’elle apparaît visuellement propre. Ensuite, mouillez un coton avec de l’alcool et essuyez la zone prévue. Après que la zone/objet a été stérilisé, il ne devrait pas entrer en contact avec tout autre objet non stérilisé. Selon le corps médical, un site d’injection doit être recouvert d’un bandage approprié suite à l’injection. Bien que cela permettrait d’aider à prévenir que des bactéries ne pénètrent dans le site d’injection et entraînent une infection, cette pratique est rarement utilisée chez les utilisateurs d’AAS, avec généralement peu ou pas de conséquences négatives.

XI . Chargement d’une seringue

Le terme «chargement d’une seringue» désigne le remplissage de la seringue avec le stéroïde avant l’injection. Afin d’effectuer correctement cette partie du processus d’injection, il faudra deux seringues différentes ou, plus précisément, deux têtes d’aiguilles différentes. Une tête d’ aiguille sera nécessaire pour mettre le stéroïde dans le cylindre, tandis que l’autre tête d’aiguille sera utilisée pour injecter le stéroïde.
La principale raison de l’utilisation de deux têtes d’aiguilles différentes est due à la fragilité des aiguilles en général. Pousser une aiguille au travers d’un bouchon en caoutchouc ou d’un tissu musculaire juste une seule fois émoussera la tête de l’aiguille considérablement. En fait, lors de la visualisation d’images agrandies d’aiguilles qui ont déjà percé le tissu musculaire de l’homme, on peut clairement voir que la pointe de l’aiguille a été plié. L’acte d’injection est déjà un processus invasif et afin de réduire à la fois l’inconfort, ainsi que l’accumulation de tissu cicatriciel, une tête d’aiguille neuve devrait être utilisée à chaque fois pour faire une injection IM.

Une raison secondaire pour utiliser une aiguille pour charger, et une autre pour injecter est que cela peut prendre beaucoup de temps pour soutirer quelques cc d’huile à travers une aiguille de calibre 25 ou plus petit. En utilisant un numéro de calibre inférieur pour soutirer le liquide (généralement 21 ou 22), cela permet de réduire le temps nécessaire pour tirer l’huile dans le cylindre. La raison pour laquelle je ne recommande pas l’utilisation d’un calibre inférieur à 21 ou 22 g est que des aiguille plus épaisses peuvent endommager le bouchon de caoutchouc après un usage répété, permettant potentiellement à de petits morceaux de caoutchouc de rompre avec le bouchon et de tomber dans la fiole. Une aiguille de calibre 21 ou 22 est suffisante pour charger rapidement le cylindre de la seringue tout en maintenant l’intégrité du bouchon en caoutchouc.

Voici donc, étape par étape, comment quelqu’un pourrait charger sa seringue. Commencez par tenir à l’envers la fiole dans une main, tout en tenant la seringue avec l’aiguille 21 ou 22 dans l’autre. Insérer directement l’aiguille dans le bouchon en caoutchouc jusqu’à ce qu’il entre dans l’huile. Tout en continuant à tenir le flacon et la seringue dans cette position, tirer sur le piston jusqu’à ce que la quantité prédéterminée d’huile ait rempli le cylindre. A ce stade, retirez l’aiguille de la fiole, déposez la fiole sur une surface plane, et replacez le couvert de plastique sur l’aiguille dans sa position originale. Tout en tenant la seringue verticalement, enlevez l’aiguille de calibre 21-22 et remplacez-là par l’aiguille que vous allez utiliser pour l’injection. La seringue est maintenant correctement chargée et prête pour l’injection .

Une note sur la réutilisation de l’aiguille qui sert à remplir le cylindre de la seringue: Alors que certains choisiront d’utiliser une nouvelle aiguille de prélèvement et d’injection à chaque fois, si l’aiguille de prélèvement est maintenue stérile, elle peut être réutilisée plusieurs fois avant de devoir être jetée. Contrairement à la tête de l’aiguille utilisée pour l’injection, l’aiguille de remplissage ne doit pas venir en contact avec les tissus humains ou des objets non stérilisés. Lorsque les procédures de chargement appropriées sont respectées, l’aiguille de remplissage ne doit jamais entrer en contact avec un objet autre que le bouchon de caoutchouc, et celui-ci devrait être stérilisé avant chaque aspiration de liquide. Si vous réutilisez la seringue d’aspiration, il serait judicieux de la garder dans quelque chose comme un petit sac en plastique après chaque utilisation, afin que la poussière ne puisse entrer dans le fond de la tête de l’aiguille.

Une note sur le chargement par l’arrière: Lors de l’exécution d’une injection sous- cutanée avec une aiguille à insuline de calibre 30 à la pointe émoussé, l’injection ne sera pas aussi déplaisante qu’une injection IM avec une aiguille de calibre 23 à la pointe émoussée, l’utilisateur doit quand même prendre des mesures pour veiller à ce que chaque injection soit réalisée avec une aiguille neuve. Puisque les seringues à insuline sont beaucoup plus petites et plus fragiles que celles de calibre 23 ou 25, elles s’émoussent beaucoup plus rapidement. Le fait de pousser une aiguille d’ insuline par un bouchon en caoutchouc même une seule fois émoussera considérablement la tête de l’aiguille.

Cependant, puisse que la tête de l’aiguille d’une seringue d’ insuline peut rarement être retirée comme pour les autres, la seule façon d’ injecter avec une tête d’aiguille neuve est en chargeant la seringue d’injection par l’arrière. La pratique du chargement par l’arrière est évidente. Il vous suffit de charger le cylindre par l’arrière au lieu de charger en aspirant le liquide. Ceci est facilement accompli en utilisant une seringue d’insuline pour aspirer et une autre pour l’injection. Comme avec les injections de stéroïdes, vous pouvez ré-utiliser la seringue de remplissage plusieurs fois, tant qu’elle est maintenue stérile.

Afin de charger par l’arrière, commencez par sortir deux seringues à insuline et les mettre en face de vous. Choisissez-en une comme votre seringue pour aspirer et une autre comme seringue d’injection. Chargez votre seringue de remplissage en aspirant le liquide comme vous le feriez normalement, puis posez-là sur une table. Prenez votre seringue à injection et retirez le piston. Injectez maintenant doucement le liquide dans le cylindre de la seringue tout en faisant attention que rien ne déborde par l’arrière. Prenez ensuite le piston, et appuyez doucement pour le replacer dans le cylindre et vous avez terminé. Il est important de se rappeler que lorsque vous injecter le liquide dans la deuxième seringue il ne faut pas que le liquide se rende complètement à l’avant de la seringue proche de l’aiguille. Si vous faites cela, tout le contenu de votre seringue giclera par la tête de l’aiguille en remettant le piston en place à cause de la pression d’air, et vos peptides se retrouveront à terre.

XII . Élimination des seringues usagées

Lors de l’élimination des seringues usagées , il est primordial que le revêtement de protection d’origine soit replacé sur la seringue avant de la jeter. Cela empêchera quiconque d’accidentellement entrer en contact avec la seringue et de se piquer. Personne ne veut être obligé de se retirer une aiguille usagée de la main à cause que l’utilisateur de cette aiguille a été irresponsable.
En outre, de nombreuses personnes déposent leurs seringues usagées dans un sac ou un contenant de stockage fait spécialement pour les seringues, afin de minimiser le risque d’une personne entrant en contact avec une aiguille perdue. Des gens utilisent des contenants vides de lait en plastique, contenants de jus, etc, pour la disposition de leurs seringues usagées. Quelle que soit la méthode que vous employez, la considération des autres devrait être votre principe directeur .

XIII. L’injection

Le processus d’ injection lui-même est relativement simple. Peut-être que peu de choses ne cause autant d’anxiété pour les utilisateurs d’AAS que leur première injection. Cette crainte est beaucoup plus psychologique que physique, puisque le fait de réaliser une injection, particulièrement lors de l’utilisation d’une bonne technique et de l’utilisation d’une aiguille de taille appropriée, peut être relativement indolore. Certains groupes musculaires sont plus enclins à causer de l’inconfort que d’autres et la possibilité de toucher un nerf, du tissu cicatriciel, ou un point sensible est une réalité, mais en général, une injection ne doit pas être considérés comme une expérience douloureuse. Avec les informations présentées dans ce document, vous avez accès à tout ce que vous devez savoir afin d’effectuer correctement une injection. Pour le processus abrégé étape par étape voyez ci-dessous.

Après s’être préparé pour l’injection par le choix de la seringue proprement dite, le chargement du cylindre et la complétion du processus de stérilisation, l’individu est prêt à commencer. Placez la pointe de l’aiguille au centre du site d’injection et appuyez lentement l’aiguille vers le bas dans le muscle. Ne donnez-pas d’angle à l’aiguille. Après avoir atteint la profondeur requise, assurez-vous d’ aspirer (voir la section sur l’aspiration ci-dessus). Après aspiration, maintenez l’aiguille stable et commencez en appuyant doucement sur le piston jusqu’à ce que tout le contenu du cylindre soit entré dans le muscle. Ensuite, retirez l’aiguille lentement du site d’injection et replacez le couvert de protection en plastique sur l’aiguille.
Une fois que l’aiguille a été retirée, la personne peut ou non avoir des saignements au point d’injection. La quantité de sang expulsé peut varier d’une seule petite goutte à un filet très léger pendant quelques instants. C’est une partie normale du processus d’injection. En post-injection, il est facultatif d’appliquer un bandage au site d’injection.
Dans ce résumé du processus, je n’ai pas inclus la technique en Z ou de la bulle d’air car leur emploi est optionnel et la technique utilisée est selon le choix de l’utilisateur.

XIV . Injections sous-cutanées d’AAS

Tandis que l’injection intramusculaire est la méthode la plus populaire pour l’administration des AAS, l’injection sous-cutanée offre une alternative viable et, dans certains cas, peut même être la méthode préférable de l’administration. Comme indiqué précédemment, si oui ou non une personne est susceptible de bénéficier d’ injections sous-cutanées pour les AAS dépendra essentiellement du dosage et du type de stéroïde administré.
Les stéroïdes à action prolongée, comme la testostérone Cypionate, nandrolone, ou boldénone undecyclenate ne demande seulement que deux injections par semaine, même si elles peuvent être faites plus fréquemment si nécessaire. Ces stéroïdes sont plus adaptés aux injections IM, comme leurs longues demi-vies exigent un calendrier d’injection moins fréquent. En outre, beaucoup de ces stéroïdes nécessitent souvent l’injection d’un grand volume d’huile sur une base hebdomadaire. Puisque les injections sous cutanées sont généralement limitées à environ ½ cc par injection (certains utilisateurs peuvent tolérer de plus grandes doses), le volume d’huile total hebdomadaire peut rendre les injections sous-cutanées impraticables.
Avec des médicaments à action plus rapide, comme la testostérone en suspension, les injections quotidiennes sous-cutanées peuvent être la meilleure méthode, car ce médicament doit être injecté sur une base quotidienne de toute façon. Non seulement les injections sous-cutanées sont plus tolérables, elles conduisent aussi à moins d’accumulation de tissu cicatriciel, ce qui en fait le choix logique dans de telles circonstances. En fin de compte, le choix d’utiliser ou non les injections sous-cutanées dépend des préférences de l’utilisateur.

XV. Combien de fois dois-je injecter ?

Combien de fois un stéroïde particulier doit être administré dépendra de quelques facteurs, et la fréquence d’injection est régie principalement par la demi-vie de chaque stéroïde. Évidemment, les AAS à longue durée d’action exigeront un calendrier d’injection moins fréquent, alors que l’inverse est vrai pour les versions à durée plus courte. Avec un stéroïde injectable, la longueur de temps où il va rester actif dans l’organisme dépend du type d’ester qui a été attaché au stéroïde. Les esters sont des modifications moléculaires à une hormone stéroïde, qui ont été ajoutés uniquement afin de prolonger la durée de vie du médicament dans le corps. Ainsi, lorsque l’on tente de déterminer la fréquence d’injection d’un stéroïde particulier, trouvez l’ester et vous trouverez votre réponse. Bien qu’il y ait un différend au sujet de la fréquence d’injection appropriée nécessaire entre les différents esters, les divergences d’opinion sont minimes.

Voici une liste de certains des esters utilisés aujourd’hui, avec les fréquences d’injection les plus souvent recommandées pour chacun d’eux:

* Acétate : Quotidienne (ED) à 3X par semaine.
* Propionate : Tout les deux jours (EOD) à 3X par semaine.
* Phenylpropionate : Tout les deux jours (EOD) à 3X par semaine.
* Caproate : 3X par semaine.
* Isocaproate : 3X par semaine.
* Énanthate : 2X à 3X par semaine.
* Cypionate : 2X à 3X par semaine.
* Décanoate : 2X par semaine.
* Undecanoate : 2X par semaine.
* Undecyclenate : 2X par semaine.

Certains AAS injectables n’ont pas d’ester, tel les différentes suspensions et bases, par exemple le Winstrol en suspension ou les bases de testostérone. Ces médicaments doivent être injectés sur une base quotidienne afin d’obtenir les meilleurs résultats. Bien qu’un calendrier d’injection à tout les deux jours (EOD) puisse être utilisé, il n’est pas idéal et doit être évité. Il est important de noter qu’il existe des circonstances dans lesquelles les stéroïdes non estérifiés peuvent être utilisés à une fréquence réduite ou seulement au besoin. Le plus commun de ceux-ci est la testostérone. La testostérone en sa forme de suspension ou de base est parfois administrée immédiatement avant un entraînement, avant une compétition de lifting, avant un combat sanctionné , ou à tout autre moment où un boost de testostérone pourrait s’avérer utile.

XVI . Questions et Réponses

Q :  » Comment puis-je ouvrir des ampoules?  »

R : Les ampoules peuvent être ouvertes en marquant (quelques ampoules sont pré- marqués), en utilisant un ouvre- ampoule, ou en utilisant la méthode du ruban adhésif. Le marquage est un processus dans lequel une ligne fine est éliminée par meulage autour du cou de l’ampoule. Marquer rend l’ampoule beaucoup plus facile à casser pour éviter qu’elle ne casse n’importe comment et déverse tout son contenu. Normalement un outil est utilisé pour ce procédé, bien que parfois des couteaux ou d’autres objets puissent être utilisés.

Un ouvre- ampoule peut également être utilisé, ce qui est la plus rapide et la plus facile des trois méthodes.

Enfin, la méthode du ruban adhésif peut être utilisée elle aussi. La méthode du ruban adhésif implique l’application de ruban adhésif sur toute l’ampoule jusqu’à la ligne du cou. Plusieurs couches de ruban devraient entourer l’ampoule, de sorte que tout soit bien fixé. Couvrir l’ampoule de ruban adhésif a deux buts. L’un des objectifs est d’empêcher le contenu de l’ampoule de se répandre, advenant le cas où l’ampoule casserait ailleurs qu’à l’encolure. L’autre objectif est de renforcer l’ampoule de sorte qu’elle soit plus susceptible de se briser à l’encolure. On peut combiner à la fois la méthode du marquage et la méthode du ruban adhésif, qui est la meilleure façon de s’assurer que l’huile contenue dans l’ampoule ne sera pas renversée.

Q :  » Est-ce dangereux s’il y a de petites bulles d’air à l’intérieur de la seringue avant l’injection?  »

R : Non , une petite quantité d’air ne fera pas de mal. Les bulles d’air injectées dans le tissu musculaire sont sans impact. Même si l’individu devait percer une veine et injecter la totalité du contenu de la seringue dans la veine, les petites bulles d’air serait dans ce cas le moindre des maux de cet individu pas vrai? En réalité, plusieurs cc d’air devrait être injectés directement dans une veine afin de provoquer un arrêt cardiaque. Même l’injection de 2-3 cc d’air directement dans le muscle serait largement sans conséquence. Bien sûr, une telle action n’est pas recommandée, mais vous saisissez le point.

Q :  » Mon stéroïde liquide a crashé (cristallisé), comment puis-je résoudre ce problème?  »

R : Un stéroïde peut crasher à cause de la conservation du produit à une température plus froide que recommandée ou parce que le ratio d’AAS par rapport à l’huile est déséquilibré (ceci peut être une erreur du fabricant ou une erreur personnelle si fait par soi-même) . Cela n’endommage pas le stéroïde. Pour corriger le problème, il suffit de placer le contenant sous l’eau chaude jusqu’à ce que le produit revienne à son état normal.

Q : «Il y a des particules qui flottent dans ma fiole, que dois-je faire?»

R : Vous pouvez choisir de jeter le produit ou vous pouvez le re-filtrer à l’aide d’un filtre Whatman. Bien que les opinions divergent sur ce sujet, je suis d’avis que le re-filtrage est une solution adaptée dans de nombreux cas, en supposant que le produit ne soit pas très pollué. Dans les cas où il est clair que le produit est de très mauvaise qualité et contient une grande quantité de matériaux étrangers, il serait sage de se débarrasser du produit. Cela ne devrait pas se produire avec un labo underground de bonne réputation et ne se produira jamais avec des versions de qualité pharmaceutique, même si un événement occasionnelle peut se produire avec des produits underground ici et là et n’est généralement pas important.

Q : « Puis-je réutiliser mes seringues  »

R : Absolument pas . Vous ne devez jamais prendre une aiguille qui a pénétré dans le corps et la ré- insérer à nouveau dans une fiole, car cela peut entraîner l’accumulation de bactéries et peut potentiellement causer des infections dans le futur. Il est possible de réutiliser votre seringue de remplissage, tant que l’aiguille ne pénètre pas dans la peau et est maintenue stérile .

Q : «À quelle vitesse dois-je injecter le stéroïde dans le site d’injection?  »

A : Tant que vous n’êtes pas familier avec la marque et le type de stéroïde que vous injectez, appuyez doucement sur le piston. Certains produits de stéroïdes, selon les solvants et l’huile utilisés, peuvent causer des degrés de douleur variable lors de l’injection, et plus rapidement entre le mélange huile/solvant, plus de douleur ils peuvent causer. D’autres produits sont totalement indolores. Donc, jusqu’à ce que vous ayez assez d’expérience pour l’injection d’une marque et d’un type particulier d’ AAS, injectez lentement.

Q :  » Est-il normal de saigner après une injection ?  »

A: Oui , il est courant d’entailler à l’occasion une veine proche de la surface du site d’injection, ce qui entraînera une fuite de sang de la surface. La quantité de sang qui peut s’infiltrer à partir d’un site d’injection peut varier d’une goutte ou deux, à un filet très léger. Même dans le cas où une veine plus grande est touchée lors d’une injection, ce type de saignement est relativement facile à arrêter et ne causera aucun préjudice à l’individu. Heureusement, il n’y a pas de grandes artères à proximité de la surface des sites d’injection les plus communs. Même en prenant en considération l’ensemble du corps, il y a très peu d’artères proches de la surface, atteindre ainsi une artère au cours d’une injection est très peu probable, surtout si on s’en tient aux sites d’injection recommandés .

 

A lire également
Affichant 4 commentaires
  • Steve

    Pour la musculation et la force quoi prendre et combien de cc par semaine et il y a un produit qu’il faut prendre pour ré partir notre testostérone quand on arrête de prendre des steroides

  • fred

    Salut, c’est la première fois que j’utilise des stéroïde ( testo enantate et du deca). A ma troisième injection j’ai eu une infection a l’épaule elle es apparu 1 jour après l’injection. . Pourtant jai bien effectué les étapes de stérilisation. Puis a ma deuxième injection dans le quadricep et c’était tellement douloureux le lendemain mais la douleur c’est atténuer 2 jour apres. Une semaine apres j’ai commencer a avoir des boutons rouge sur le quad et la sa rempirer et sa me demange. JJne sais pas c’est quoi qu’il se passe mais c’est très désagréable on dirais une deuxième infection. Je suis aller voir le medecin pour mon epaule et elle ma donne des antibiotiques mais sa na pas lair a guerir.

  • HENRI LEBLOND

    bonjour, je suis à la fin de ma cute testo 300 et deca 300( une injection/sem) j’ aimerai savoir si je peux continuer ma cure sans interruption encore 3 mois et faire une bonne relance après, merci

  • wick owen

    BONJOUR , j’ai lu tous votre article et il est tres bien je vous felicite mais j’aimerais savoir ce qu’il me faut pour ma premiere cure svp
    merci de bien vouloir me repondre
    c’est important pour moi de bien commencer et sans ecouter mes amis qui on tous un avis different !

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Le soulevé de terre ou DEADLIFT…

  Cet exercice de musculation de base développe tout le corps et permet de gagner beaucoup de force. Rien ne...

Fermer