La créatine, pas seulement un supplément sportif

Par Will Brink

Les lecteurs de l’édition Mars 2003 de Life Extension magazine devraient se rappeler la longue liste des effets potentiels médicaux et anti-vieillissement de la créatine. L’article soulignait les nombreuses recherches démontrant que la créatine peut aider lors de maladies affectant le système neuro-musculaire, comme la dystrophie musculaire et qu’elle peut avoir des applications thérapeutiques sur les populations vieillissantes , les maladies dégénératives, l’atrophie musculaire, la fatigue, les myopathies, le Parkinson, la maladie de Humtington, et autres mitochondries cytoplasmiques. Plusieurs études ont démontré qu’elle pouvait réduire le cholestérol de 15% et a été utilisée pour corriger certains dysfonctions du métabolisme chez le nouveaux nés, tel ceux nés sans l’enzyme responsable de la fabrication de créatine.

L’article couvrait en profondeur ce qu’était la créatine, son interaction dans le corps et les quantités requises pour essayer de traiter les maladies énumérées plus haut. Si vous avez manqué l’article, aller voir l’édition mars 2003 du Life Extension magazine, ou consultez-le à www.lef.org. Dans cet article nous examinons des propriétés additionnelles de la créatine, comme son effet sur la production d’hormone de croissance, l’homocystéine et le syndrome de fatigue chronique, ainsi que d’autres sujets importants qui entourent ce supplément, tel sa sûreté.

Bien que les données soient limitées, certaines recherches suggèrent que la créatine peut augmenter la production d’hormone de croissance (GH) de la même façon que le fait un exercice intense. La GH est reconnue pour jouer un rôle essentiel dans la régulation des niveaux de gras, le système immunitaire, la masse musculaire, la guérison des blessures, la masse osseuse et littéralement des milliers d’autres fonctions connues et inconnues. Il est bien établi que les niveaux de GH déclinent de façon constante lorsque nous vieillissons et cela est partiellement responsable pour la perte de masse musculaire, la perte d’élasticité de la peau, les dysfonctions immunitaires et autres changements physiologiques qui ont cours lors du vieillissement d’un corps humain. Conséquemment, les effets possibles de la créatine sur la GH valent la peine d’être explorer parmi les populations vieillissantes.

Une des études a découvert que la créatine mimait l’augmentation des niveaux de GH après un entraînement intense. Dans cette étude comparative, les chercheurs ont donné à 6 hommes adultes en santé 20 grammes de créatine en une seule dose au repos. L’étude a démontré que tous les sujets ont expérimenté une hausse “significative”du niveau de GH dans le sang durant les six heures suivant l’ingestion de créatine. Par contre, l’étude a aussi démontré une grande variation entre individus quand à la stimulation de la GH. Plus précisément, il y avait de grande différences des niveaux de GH rencontrés entre chaque individus par rapport à la prise de créatine. Pour la majorité des sujets la concentration de GH maximum a eu lieu entre 2 et 6 heures suivant l’absorption de créatine.

Les chercheurs ont conclu que “Dans des conditions de repos et à forte dose, la créatine augmente la production de GH, copiant ainsi la réponse d’un exercice intense qui lui aussi stimule la sécrétion de GH.” Ces chercheurs ont pensé que les effets de la créatine sur la GH pourraient êtrte vus comme étant une de ses propriétés anaboliques, étant donné le gain en masse maigre et en force observés à la suite d’une prise régulière de créatine. Bien que la prise de créatine démontre une prise de masse maigre et de force dans plusieurs études, les effets de celle-ci sur les tissus par rapport à l’augmentation de GH reste encore à être élucider.

La créatine peut réduire les niveaux d’homocystéine

L’homocystéine a été reconnu comme étant un important facteur de risque pour les maladies du coeur, encore plus que les niveaux de cholestérol d’après plusieurs études. La biosynthèse de la créatine semble jouer un effet majeur sur les concentrations d’homocystéine, l’absorption de créatine par voie orale peut aussi réduire les niveaux d’homocystéine. Plusieurs études ont démontré que les donneurs de méthyle (tel le glycide de triméthyle (TMG) réduisent les niveaux d’homocystéine, réduisant par le fait même le risque de maladies du coeur. Réciproquement, les réseaux demandant de grandes quantités de groupes de méthyle peuvent nuire à l’habileté du corps pour réduire les niveaux d’homocystéine. La transformation en méthyle de l’acétate de guinidine afin de former la créatine consomme plus de groupes de méthyle que tout autres réactions combinées dans le corps.

Les chercheurs ont déterminé qu’une augmentation ou une réduction de la demande de méthyle par le corps peut augmenter ou diminuer les niveaux d’homocystéine. Dans une étude des chercheurs ont nourris des rats avec une diète enrichie à l’acétate de guinidine ou à la créatine pendant 2 semaines. Selon les chercheurs “le plasma homocystéine a diminué considérablement(-50%) chez les rats recevant la diète d’acétate de guinidine, tandis que pour ceux ayant la diète enrichie de créatine, la diminution du plasma atteignait -25%.” Ces études démontrent que le métabolisme de l’homocystéine est sensible à la transformation en méthyle imposée par des substrats physiologique tel la créatine.

La créatine et la fatigue chronique/fibromyalgie

À cause des apparentes propriétés de la créatine à soulager les symptômes d’autres pathologies impliquant un manque de composés à haute énergie (défaillance du coeur par exemple) en plus des afflictions mentionnées plus haut, il a été suggéré que la créatine puisse aider dans les cas de symptômes de fatigue chronique et de fibromyalgie (certains chercheurs croient en fait qu’il s’agit de la même chose). Bien que les causes de ces deux pathologies soient toujours débattues, un manque de composés à haute énergie (ATP) au niveau de la mitochondrie cause une fatigue musculaire générale. Par exemple, les gens affectés par la fibromyalgie ont des niveaux de phosphate de créatine et de ATP plus bas comparés à d’autres. Aucune étude directe en ce moment ne démontre que les suppléments de créatine améliore les symptômes de la fibromyalgie ou de la fatigue chronique. Cependant, si on considère les autres données qui démontrent que la créatine augmente de façon constante les niveaux de créatine et d ‘ATP dans d’autres pathologies qui justement sont causées par des bas niveau de créatine et d’ATP, il est logique que les gens souffrant de ces deux syndromes tentent d’essayer la créatine.Un autre syndrome similaire à la fatigue chronique et la fibromyalgie est le syndrome de sensibilité chimique multiple qui peut lui aussi être potentiellement soulagé par des suppléments de créatine, plus de recherches s’avèrent nécessaire.

La sûreté de la créatine:Fait ou Fiction?

Après le premier article dans Life Extension magazine sur les bienfaits potentiels de la créatine au point de vue anti-vieillissement et médical, j’ai reçu plusieurs lettres et e-mails qui me disaient plus ou moins”J’aimerais utiliser la créatine pour les raisons diverses énumérées dans l’article mais j’ai peur que ce produit ne soit pas très sûr”. Cette peur concernant la sécurité de la créatine est habituellement diffusée par des bulletins de nouvelles hystériques ou des articles où la rechherche a été bâclée. C’est étrange, mais prévisible à la fois que les médias et l’establishment médical conservateur ont tenté désespérément de décrire la créatine comme étant un supplément diététique potentiellement dangereux et “pauvrement documenté”. Le fait est que la créatine est peut-être le supplément sportif le plus documenté de tous les temps, avec en plus une note excellente quand à sa sûreté.

Fidèles à eux même, les médias et les groupes conservateurs médicaux anti-suppléments n’ont éprouvés aucun problèmes à ignorer l’énorme quantité de données sur la créatine ou à inventer des peurs concernant la sécurité de celle-ci. Un parfait exemple de cela est une nouvelle mentionnant la mort de trois lutteurs au collège qui sont mort après avoir enfilé des habits de caoutchouc et avoir fait du vélo stationnaire dans un sauna afin de perdre du poids. Croyez-le ou non, leur mort a été relié à la consommation de créatine par les médias, au lieu d’avoir attribué cela à une déshydratation extrême! Encore plus fantastique, ils a été démontré que deux des lutteurs n’utilisaient même pas de créatine!

La créatine a été blâmée de plusieurs effets, allant de crampes musculaires à déshydratation, allant jusqu’à une augmentation des blessures chez les athlètes. Cependant, tout ces effets ont été étudiés de façon exhaustive par des chercheurs et aucune études n’a rapporté aucun de ces effets parmi les groupes prenant de la créatine pour des raisons médicales et ce sur une période de 5 ans.

Chez certaines personnes, la créatine peut faire augmenter un sous produit métabolique de la créatine qui se nomme créatinine. Certaines personnes, incluant certains professionnels de la médecine ont à tort établi que des hauts taux de créatinine pouvaient endommager les reins. Un taux élevé de créatinine est souvent un indicateur dans le sang d’une dysfonction des reins, et non une cause.

C’est une distinction très importante et plusieurs études à court terme et à long terme ont démontré que les suppléments de créatine n’ont aucun effet négatif sur la fonction des reins de personnes en santé. Mais il est logique de penser que chez les gens ayant des dysfonctions rénales devraient éviter les suppléments de créatine, mais il est toutefois rassurant de savoir que les suppléments de créatine n’ont démontré aucun effet négatif chez des animaux ayant des dysfonctions rénales, démontrant ainsi à quel point la créatine est non toxique pour les reins. Finalement, la toxicité de la créatine a été grandement recherchée et il est prouvé qu’elle est bien moins dangereuse que plusieurs médicaments sans prescription, incluant l’aspirine.

Conclusion

Bien que des recherches additionnelles sont nécessaires concernant les pathologies indiquées dans cet article, beaucoup de recherches sur la créatine ont démontré à quel point elle est efficace, sûre, et est un supplément recommandé pour plusieurs maladies et est peut être la prochaine grande découverte dans les nutriments qui combattent le vieillissement. Bien que les dosages dans ces études étaient assez élevés, des études récentes démontrent que des dosages moins élevés sont tout aussi efficaces afin d’augmenter le bassin de phosphate de créatine dans le sang. La dose de 2 à 3 grammes par jour semble être adéquate pour les gens en santé.

Les gens souffrant des pathologies mentionnées dans cet article pourraient bénéficier d’utiliser des doses plus élevées, dans les environs de 5 à 10 grammes par jour. Les gens intéressés à avoir plus d’informations sur la créatine devraient peut-être lire mon plus récent ebook “Muscle Building Nutrition” pour plus d’informations.

-Traduction musclesenmetal.com

Laisser un commentaire