Synthèse et Guide des Peptides, Partie Deux

Accueil / Peptides / Synthèse et Guide des Peptides, Partie Deux

GHRP : Growth Hormone Releasing Peptide

Le GHRP est un peptide de synthèse stimulant la libération de l’hormone de croissance (GH). Malheureusement, ces peptides ne stimulent pas que la GH, ils ont aussi des effets sur la sécrétion de la prolactine (PRL), de l’ACTH/cortisol et parfois de la DHEA. Par contre, pour exprimer leur activité sécrétagogue maximale, ils ont besoin d’une activité GHRH. Ils sont des analogues de la ghréline et augmentent donc directement l’appétit.

Ceci est la suite de l’article Synthèse et Guide des Peptides, Partie Un

Différents GHRP’s : GHRP-6, GHRP-2, Ipamorelin, Hexarelin…

Dosage : 1mcg/kg de poids de corps ou 100mcg restent d’usage pour une utilisation classique, 200mcg semblent un apport plus profitable, la dose maximale I.V. de GHRP étant estimée à 2/3mcg par kg de poids de corps.

1. GHRP-6

Dosage : 100 à 400mcg/jour

Première génération de GHRP, la principale destination d’usage du peptide GHRP-6 est de favoriser d’une part l’ingestion de nourriture par la stimulation de la sensation de faim, et d’optimiser le métabolisme énergétique, d’autre part.

Ce peptide peut être employé dans le traitement de l’insuffisance de HGH aussi bien que la cachexie (affaiblissement profond de l’organisme), les troubles de la nutrition et l’obésité.

Il occasionne la stimulation de la glande pituitaire antérieure, et provoque finalement une augmentation de la libération de HGH.

Puisque qu’il agit directement sur le cycle de rétro-contrôle qui signale l’inhibition de la version de HGH, quand la sécrétion naturelle d’HGH a été empêchée par utilisation synthétique à long terme, il peut être employé pour relancer la production naturelle d’HGH, d’où son nom de HGH PCT!

Par ailleurs, ce peptide cible le système nerveux central en agissant sur la protection des neurones. Il agit également sur la force musculaire d’une manière très similaire à certains stéroïdes de la famille des Dihydrotestostérone (DHT).
Les niveaux d’hormone de croissance ainsi accrus par l’utilisation de ce peptide favorisent l’augmentation de la force et de la masse musculaire, stimulent la perte de graisse, participent du rajeunissement et du renforcement des tendons et ligaments, des tissus conjonctifs et de la masse osseuse.

Il permet également au foie de secréter plus d’IGF-1.
Par contre, si on lui rajoute du D-Lys3, on obtient une version modifiée n’entraînant pas la sensation de faim.

2. GHRP-1, GHRP-2, Hexarelin : Seconde génération de GHRP, dont les capacités sécrétagogues s’avèrent plus puissantes.

GHRP-2 :

Dosage : 100 à 400mcg/jour

C’est est un peptide de la famille des GHRP très semblable dans sa structure et sa fonction au GHRP-6. Ce peptide exerce un fort effet sur la libération dans le corps de GH. Il favorise presque la faim et l’appétit en stimulant une version de Ghrelin (peptide dans l’estomac qui favorise l’appétit et la digestion).
Il agit en stimulant la glande pituitaire antérieure favorisant la production de GH. Il est employé pour une gamme de questions médicales comprenant la baisse de production naturelle de GH et le gain de poids pour les personnes anormalement minces. Bien entendu, nous retrouvons les mêmes effets que le GHRP-6.

Quelle différence alors entre les 2?

Pour faire simple, tous les GHRP sont interchangeables. Le plus fort en terme d’impact sur le taux de cortisol/prolactine est l’hexarelin, au milieu se trouve le GHRP-2 et enfin le GHRP-6.

Hexarelin :

Dosage : 200 à 400mcg /jour.

L’Hexarelin est une GHRP dont la structure reste très proche du GHRP-6. Comme ce dernier son rôle est de libérer la fameuse hormone de jouvence. En raison de la capacité de l’Hexarelin à augmenter la sécrétion de l’hormone de croissance naturelle, la plupart de ses effets sont semblables à ceux de la GH de synthèse, bien que mesurés à un degré moindre. Les effets de son utilisation incluent donc : l’augmentation de la force, la croissance de nouvelles fibres musculaires, l’augmentation de la taille des fibres musculaires déjà existantes, la protection neurale, le « rajeunissement » des tendons, etc.

En outre, avec l’utilisation de l’Hexarelin, les récepteurs de GH dans le tissu adipeux vont stimuler la réduction significative de celui-ci.

L’augmentation de la circulation et de la disponibilité de la GH par l’utilisation de l’Hexarelin entraîne une hausse des niveaux des facteurs de croissance, par exemple, une augmentation de l’IGF-1 dans le foie, l’IGF-1 étant le facteur principal de la croissance musculaire en réponse à la stimulation de GH.

Il n’y a aucune augmentation de l’appétit avec l’utilisation de l’Hexarelin (par opposition à l’augmentation extrême de l’appétit avec le peptide GHRP-6), car l’Hexarelin ne perturbe pas les niveaux de Ghrelin, hormone responsable de la sensation de faim et de l’accélération de la digestion.

3. Ipamorelin

Dosage : 100 à 300mcg/jour

Secrétagogue de dernière génération. Premier agoniste sélectif des GHRP-récepteurs.

Il s’agit d’un polypeptide analogue de la ghréline, il agit uniquement sur la sécrétion de GH, et n’élève pas les niveaux de cortisol et d’ACTH.

Il est important de se rappeler qu’Ipamorelin est un ghrelin mimetic, et un analogue au ghrelin.

Cependant il ne cause pas le genre de sentiments de faim provoqués par ghrp-6.

Ipamorelin agit en synergie avec notre propre production de GH ou une fois co-administré avec GHRH ou un analogue de GHRH tel que Sermorelin ou cjc.
La synergie vient environ en raison de la suppression évidente du somatostatin et des augmentations dans la version de GH par-somatotrope, alors que le GHRH augmente le nombre de somatotropes qui
libèrent la GH.
Étant donné qu’il n’influe pas le cortisol ou la prolactine , ceci prépare à Ipamorelin un peptide très passionnant, il est aussi efficace que ghrp-6 sans augmentation des niveaux de faim ou de cortisol ou prolactine, et il a une autre propriété unique à Ipamorelin.
Une méga-dose d’ipamorelin a comme conséquence une méga-libération de GH (jusqu’à la quantité entière qui est réellement présente dans la glande pituitaire), tandis que GHRP-2 et GHRP-6 ont des limites approximativement de 1mcg/kg chez l’homme pour leur libération maximale de GH.

Note de Thor49 : ce qu’il faut retenir de cette famille de peptides

CARACTERISTIQUES :

* Ipamorelin est efficace mais le « libérateur » de GH le plus faible.
* GHRP-6 est très efficace dans la libération de GH.
* GHRP-2 est un peu plus efficace que GHRP-6
* Hexarelin, le plus fort est un peu plus efficace que GHRP-2.

CORTISOL ET PROLACTINE :

* Ipamorelin n’augmente pas le niveau de cortisol ou de prolactine, à aucune dose.
* GHRP-6 n’augmente pas ces hormones si on dose à 100mcg mais le fait un minimum au-dessus de 100mcg.
* GHRP-2 exerce un effet plus fort sur ces hormones à tous les dosages.
* Hexarelin exerce à tous les dosage l’impact le plus fort sur le cortisol et la prolactine avec des niveaux dans les limites supérieures de la normale.

DÉSENSIBILISATION :

* Ipamorelin et GHRP-6 ne désensibilisent pas tant que il y a de petites pauses entre les doses (c.-à-d. 2 heures ou plus).
* GHRP-2 ne désensibilise pas dans les doses « normales » et si on effectue des petites pauses entres les prises. À haute dose ce n’est pas sûr, mais de la désensibilisation peut apparaitre.
* Hexarelin a montrée une désensibilisation quelque soit la dose, avec ou sans pause entre les doses. Cet effet augmente après 14 jours d’utilisation mais peut être évité en
maintenant des doses basses ou en prenant un jour complet ou deux de pause toutes les deux semaines.

Troisième article de cette série ici

A lire également
Affichant 2 commentaires
pingbacks / trackbacks

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Synthèse et Guide des Peptides, Partie Un

Guide des Peptides : SYNTHESE DES DIFFERENTS PEPTIDES, USAGE ET MODE D'APPLICATION Qu'est ce qu'un peptide ? Un peptide est...

Fermer