Les ecdystérones, extraits de Rhaponticum carthamoides, de puissants anabolisants nat

Status
Pas ouvert à d'autres réponses

Morpheus22

MEMBRE APPROUVÉ
VÉTÉRAN
Des recherches conduites en Russie indiquent que les extraits de Rhaponticum carthamoides peuvent augmenter de façon significative la masse musculaire tout en diminuant la masse grasse chez des athlètes qui les utilisent au cours de leur entraînement. Des travaux montrent également que l’extrait de Rhaponticum carthamoides peut aider à accroître la capacité de travail et l’endurance tout en réduisant la fatigue physique et mentale. L’extrait de Rhaponticum carthamoides et, surtout, ses principes actifs, les ecdystérones, semblent donc exercer des effets anabolisants comparables à ceux de certains stéroïdes sans en avoir les effets secondaires néfastes.

La Rhaponticum carthamoides, également connue sous les noms de leuzea ou de racine de maral, est une plante originaire de la région du lac Baïkal que l’on retrouve dans tout l’est de la Sibérie. Les Sibériens la consommaient traditionnellement sous forme de tisane mélangée à de la Rhodiola rosea comme stimulant et dans des cas de fatigue ou de faiblesse générale après une maladie ou encore comme remède fortifiant à la fin du long hiver sibérien.

Entre dans la pharmacopée soviétique

Après plus de 25 ans de recherches et d’études cliniques, la Rhaponticum carthamoides a été ajoutée en 1961 à la pharmacopée soviétique qui la recommandait pour accroître l’efficacité du travail, les performances athlétiques et la récupération après une charge de travail musculaire. La Rhaponticum carthamoides était intégrée aux boissons russes les plus populaires comme baikal et sayani. L’élite des athlètes russes et bulgares a longtemps utilisé ses extraits pour stimuler la croissance musculaire.

Les ecdystérones ou ecdysones

La Rhaponticum carthamoides contient un certain nombre de flavonoïdes antioxydants et des stérols naturels. Parmi eux, plus de 10 ecdystérones incluant la 20-bêta-ecdystérone, la makistérone et la carthamostérone, responsables de ses effets anabolisants. Les ecdystérones sont des stérols polyhydroxylés qui, chez les insectes et les crustacées, contrôlent la prolifération et la croissance cellulaire et les cycles de développement. On les appelle également ecdystéroïdes, ou ecdysones. Leurs propriétés sont étudiées par des dizaines de laboratoires de recherche de par le monde. Les ecdystéroïdes produisent un effet anabolisant chez les vertébrés en stimulant la biosynthèse des protéines dans le foie, les reins et les muscles. Cette caractéristique est largement utilisée dans le sport professionnel dans l’objectif d’obtenir de meilleurs résultats.

Un puissant anabolisant naturel

Jusqu’aux années 1970, les équipes sportives soviétiques ont été surprises à utiliser différents anabolisants. En 1976, des chercheurs soviétiques ont découvert deux substances ayant un long usage historique traditionnel derrière elles. L’une de ces plantes était la Rhaponticum carthamoides dont les ingrédients actifs étaient appelés bêta-ecdystérone. Selon les chercheurs russes, l’extrait de Rhaponticum carthamoides stimule la synthèse des protéines musculaires en augmentant l’activité des polyribosomes, les compartiments cellulaires dans lesquels se déroule cette synthèse.
Les Soviétiques ont fabriqué avec succès une version synthétique de cette puissante substance pour leurs athlètes. Peu de temps après, une version américaine appelée Mésoboline a circulé pendant longtemps sous le manteau. Des études comparatives sur animaux ont montré que l’extrait de Rhaponticum carthamoides était en réalité supérieur aux hormones stéroïdes synthétiques pour accroître l’endurance et la croissance des cellules musculaires1.
Un examen des différences d’action entre les stéroïdes synthétiques et la bêta-ecdystérone indique que cette dernière va directement dans le noyau de la cellule pour demander à l’ADN de produire davantage d’ARN. Ensuite, l’ARN demande au ribosome de produire davantage de protéines. D’un autre côté, la bêta-ecdystérone va directement dans le ribosome et augmente ce que l’on appelle la translation, le rythme auquel les nouvelles protéines sont fabriquées2. Il n’augmente pas la transcription, le message envoyé de l’ADN, mais accélère la synthèse directe des protéines.
Des études de laboratoire ont montré les effets anabolisants de l’extrait de Rhaponticum incluant sa capacité à augmenter le poids corporel en améliorant le rapport muscle/graisse, en accroissant les niveaux d’hémoglobine et d’érythrocytes, en élevant le niveau total de protéines dans le sang et en réduisant l’accumulation d’acide urique. Le résultat net démontré de l’action de ce nutriment est que le processus de construction des muscles de l’organisme surpasse ceux de dégradation, conduisant à de meilleures forme, endurance et performances.
Au cours d’une activité physique intense, l’extrait de Rhaponticum inhibe les troubles du métabolisme énergétique, maintient des niveaux stables de glycogène dans les muscles squelettiques, augmente l’apport sanguin aux muscles et au cerveau, et raccourcit la période de récupération après une charge de travail musculaire prolongée.
L’activité physique intense des athlètes de haut niveau a pour conséquence une augmentation de leur coagulation sanguine qui entraîne des douleurs musculaires avec souvent des blessures. Une étude comparative utilisant un extrait de mélange de Rhaponticum, d’Eleutherococcus et de vitamines a été conduite. 20 jours de traitement ont produit une réduction des facteurs de coagulation induits par l’entraînement intensif des athlètes. Le traitement avec cette combinaison d’adaptogènes a provoqué une diminution nette du potentiel de coagulation des athlètes, accompagnée d’une augmentation de leur capacité de travail et de récupération après un entraînement intensif3.





Sans les effets secondaires des stéroïdes anabolisants

Dans une expérience portant sur 112 athlètes, 89 % de ceux recevant l’extrait de Rhaponticum ont montré une fatigue passant plus rapidement, moins d’apathie après un travail physique et une amélioration des performances dans des sports comme l’athlétisme, la natation, le patinage de vitesse ou le ski alpin, par comparaison avec les athlètes sous placebo. La prise de Rhaponticum a accéléré l’adaptation à des conditions climatiques et sociales pour 69 % d’entre eux, augmenté l’appétit de 86 % et augmenté l’adaptation à des charges de travail physique de façon significative chez 78 % d’entre eux. Ensuite, les effets de l’extrait de Rhaponticum ont été comparés à ceux de différents stéroïdes anabolisants connus. Les effets de l’extrait de Rhaponticum étaient comparables à ceux des composés stéroïdiens mais sans affecter de façon négative le cortex des surrénales. Il n’avait pas non plus l’action androgénique des stéroïdes anabolisants, pas plus que les effets secondaires qui les accompagnent4.
De plus, les ecdystérones de l’extrait de Rhaponticum renforcent le fonctionnement du foie et des reins, un effet totalement à l’opposé de celui des stéroïdes synthétiques qui, eux, peuvent conduire à des lésions sur ces organes.
Des études conduites dans sept cliniques à Moscou, Kiev et Leningrad révèlent que l’extrait de Rhaponticum améliore de façon significative l’état physique et mental des patients. Il augmente leur capacité de travail et leur poids corporel au cours de périodes de dénutrition causée par des troubles de la synthèse protéique. Ses propriétés anaboliques provoquent une normalisation du poids corporel sans influence néfaste sur les fonctions du cortex des surrénales ni sur les glandes endocriniennes5.

Améliore l’immunité humorale

L’effet de l’administration pendant 20 jours d’un extrait de Rhaponticum carthamoides sur l’immunité humorale de coureurs d’épreuves de vitesse et de fond sur des distances de 5 000 et 10 000 mètres a été étudié6. Une activité physique cyclique intensive induit une diminution significative des IgG et IgA sériques des athlètes ainsi que des composants du complément C3 aux 10e et 20e jours. La supplémentation a contribué à restaurer les niveaux abaissés des IgG, IgA ainsi que des composants du complément C3. Dans le même temps, la capacité de travail des athlètes s’est accrue de 10 à 15 %.

Augmente les performances et l’endurance

Une autre équipe de chercheurs a démontré qu’un extrait de Rhaponticum carthamoides associé à de la L-carnitine et de l’acétyl-L-carnitine utilisés pendant 10 jours augmentait la vitesse maximale de course et l’endurance alors que la L-carnitine seule n’y parvenait pas7.
L’extrait de Rhaponticum carthamoides augmente considérablement la capacité de travail des muscles squelettiques fatigués et accroît leur contenu en glycogène, ATP et phosphate de créatine8. Les formulations sportives les plus populaires incluent traditionnellement des extraits de leuzea et de Rhodiola rosea9. Plusieurs préparations à base d’extrait de cette plante sont enregistrées et protégées par une douzaine de brevets et sont très populaires parmi les athlètes professionnels, y compris chez des champions du monde ou des champions olympiques, ou des Russes ordinaires. Une préparation à base de Rhaponticum carthamoides et de Rhodiola rosea est largement utilisée non seulement par des athlètes professionnels mais aussi dans la vie de tous les jours de personnes en bonne santé comme tonique pour augmenter la capacité de travail physique et intellectuelle. Elle peut être utilisée avec succès contre la fatigue et pour améliorer les processus d’apprentissage et de mémorisation sans effets néfastes pour l’organisme.

Des activités antifatigues

Les effets sur la fatigue physique et mentale ont été démontrés dans plusieurs études sur l’animal et chez l’homme.
Selon le Dr V.S. Novokov, un scientifique russe, une des premières manifestations du stress mental est une incapacité à bien dormir. Au cours de voyages en mer de longue durée, les scientifiques ont observé des troubles du sommeil qui se manifestaient par de la confusion au moment de l’endormissement ainsi qu’une respiration peu profonde pendant le sommeil, avec de fréquents éveils et des rêves, chez des opérateurs dont le travail demandait la gestion d’équipements informatiques sophistiqués. De tels troubles du sommeil avaient pour résultat des difficultés à exécuter efficacement leur travail. Les scientifiques ont éliminé les troubles du sommeil des marins en utilisant un extrait de Rhaponticum carthamoides10.
Une autre étude a été conduite avec les membres de l’équipage d’un brise-glace au cours d’un long voyage dans l’Arctique. Après quatre mois de navigation, les marins ont été répartis en deux groupes et soumis à des tests médicaux. Le premier groupe de 22 marins a commencé à prendre un extrait de Rhaponticum (2 ml deux fois par jour pendant trois semaines) et le second composé de 25 marins a pris la même quantité de thé avec 5 gouttes d’alcool. Les premiers signes d’un effet bénéfique de l’extrait de Rhaponticum sont apparus 8 à 10 jours après le début de la prise : la santé des marins a été améliorée, leur sommeil s’est normalisé, leur appétit était plus important, leur humeur meilleure et, surtout, leur productivité a été augmentée. À la fin de l’étude, l’état général physique et mental des marins de ce groupe a été amélioré. Dans le même temps, les marins témoins ont vu leur fatigue augmenter, leurs performances et leur productivité diminuer11.

Un adaptogène

L’extrait de Rhaponticum carthamoides a des effets adaptogènes prononcés. Il augmente la capacité dynamique de travail, améliore la réponse au stress et l’adaptation physique et mentale aux défis et augmente la capacité physique et intellectuelle à travailler dans des conditions stressantes. Lorsque l’on donne de l’extrait de Rhaponticum à des animaux soumis expérimentalement à des stress extrêmes (une grande variété de stress physiques, chimiques ou biologiques) utilisés pour évaluer les plantes adaptogènes, leur résistance à l’influence néfaste de différents éléments chimiques stressants est augmentée. L’extrait normalise la santé des surrénales (le poids) et d’autres glandes endocriniennes pendant et après une période prolongée de stress. Son administration a amélioré l’adaptation à une température froide d’hommes travaillant sous un climat nordique12.

Une action sur la santé mentale

Les ecdystérones modulent le récepteur GABA (acide gamma-amino-butyrique) induisant ainsi une inhibition GABAergique dans les neurones corticaux avec pour résultat un très net effet stabilisateur de l’humeur et antiépileptique 13. Dans la pratique clinique, l’extrait de Rhaponticum exerce un effet bénéfique sur des patients névrosés ou psychiatriques avec une asthénie, un syndrome asthéno-dépressif ou asthéno-hypochondriaque.
Les effets d’un extrait de Rhaponticum ont été évalués sur les processus d’apprentissage et de mémorisation chez des rats. Les animaux ont reçu par voie orale 0,25 à 0,5 g/kg de poids corporel avant une session d’entraînement. La supplémentation a nettement amélioré leurs capacités d’apprentissage et de mémorisation14.

Stimule la sexualité et le développement des organes sexuels

Des scientifiques russes ont conduit une étude qui les a amenés à constater qu’en plus de renforcer l’endurance et la forme dans son ensemble, le Rhaponticum stimule la fonction sexuelle. Les scientifiques ont observé le comportement sexuel d’animaux de laboratoire auxquels ils ont donné un extrait de Rhaponticum pendant dix jours. Ils ont constaté que la fonction sexuelle de tous les animaux mâles était stimulée par l’extrait. Les scientifiques ont également trouvé que l’extrait de Rhaponticum favorise le gain de poids et le développement des organes sexuels (les testicules) des animaux, particulièrement chez les plus faibles15. Des résultats similaires ont été observés lorsque l’extrait était donné à des hommes souffrant d’un dysfonctionnement sexuel. L’administration d’ecdystérones à des hommes diagnostiqués avec un problème de fertilité (troubles de la spermatogenèse comme complication d’une maladie urologique) augmente la fonction copulative et améliore la qualité du sperme. L’administration d’un extrait de Rhaponticum standardisé à 5 % d’ecdystérones à des patients se rétablissant d’un infarctus du myocarde entraîne également une amélioration de la capacité sexuelle et de la qualité du sperme16.

---------------------------------------------------------------------------------

Références :


1. Syrov V.N. et al., Anabolic activity of phytoecdysone-ecdysterone isolated from rhaponticum carthamoides, Willd. Iljin, Pharmacology and Toxicology, 1976, 39(6) ; 690-3.
2. Syrov V.N., Mechanisms of anabolic action of photoecdysteroids in mammals, Biol. Nauki, 1984, URSS, 11 ; 16-20.
3. Azizov A.P., Effects of eleutherococcus, elton, leuzea and leveton on the blood coagulation system during training in athletes, Eksp Klin Farmakol, 1997, 60(5) : 58-60.
4. Lupandin A.V., Adaptation and rehabilitation in sports Khabarovsk, Institute of physical culture, 1991, Khabarosk, URSS.
5. Antoshechkin A., Leuzea and your health, 2000, p. 53.
6. Azizov A.P. et al., Effects of leuzea tincture and leveton on humoral immunity of athletes, Experimental and clinical pharmacology, 1997, 60(6) : 47-8.
7. Seifulla R.D. et al., The action of carnitine derivatives on the work capacity of previously trained animals, Exp. Clin. Pharmacol., 1993 ; 56(6) : 34-6.
8. Petrov V. et al., Pharmacological investigation of Rhaponticum carthamoides, Planta medica, 1984, 205-209.
9. Seifulla R.D., Sport Pharmacology, Sport-farma Press, Moscou, 1999, 120 p.
10. Novikov V.S. et al., A trial of the pharmacological correction of sleep disorders in sailors during a voyage, Military Medical Journal, 1992, 8 : 47-49.
11. Gerasyuta M.A. et al., The effectiveness of Leuzea carthamoides extract in sailors under the conditions of an extended arctic voyage, in New Data on eleutherococcus and other adaptogens : proceedings of the 1st international symposium on eleutherococcus, Hamburg, 1981 ; Vladivostok : Far east scientific center of the Academy of science of the URSS, p. 139-142.
12. Galambosi B. et al., Introduction of Leuzea carthamoides DC. As adaptative medical plant in the nordic climat, Drogenreport Jg., 1997, 10(16) : 5-9.
13. Tsujiyama S. et al., Potentiation of GABA-induced inhibition by 20-hydroxyecdysone, a neurosteroid, in cultured rat cortical neurons, Jpn. J. Pharmacol., 1995, 68(1) : 133-136.
14. Mosharrof A.H., Effects of extract from Rhaponticum carthamoides (Willd)Iijin (Leuzea) on learning memory in rats, Acta Physiol. Pharmacol. Bulg., 1987, 13(4) : 70.
15. Vavilova P.P. et al., New plants for feeding in animal husbandry. Ros Selkhoz Izdat., 1975, 123-126.
16. Mirzaev IR et al,. Effect of ecdystene on parameters of the sexual function under experimental and clinical conditions. Eskp Klin Farmakol. 2000, 63(4) : 35-37

http://www.nutranews.org/article.php3?id_rubrique=24&id_article=707
 

LORD

YOUR WORKOUT IS MY WARM UP
VIP
MEMBRE APPROUVÉ
VÉTÉRAN
malheureusement, le chimique c'est deja pas miraculeux, alors le naturel...
 
Status
Pas ouvert à d'autres réponses
roidsmania
Ultima pharma
ashop
europharmma
Granabolic
buildblaster
deuspower
pharmacommunity
coq musclé
from inside to you
Meditrope
muscleanabolics
Top