Est-ce que c'est possible de se faire prescrire de la TRT en France ?

Jojo84

MEMBRE APPROUVÉ
Il n’y a rien de spectaculaire à ton idée.

Il suffit juste de s’injecter de la testo ou de prendre un oral pendant un certain temps pour que la production naturelle ne diminue.

Le problème est de savoir pourquoi y’a testo est si basse naturellement?

Ton endo t’a t’il fait faire les tests et analyses différents ? Radio, écho des testicules, analyse dynamique de l’hypophyse....??

Ton « idée » est risquée car si tu arrives au crash total, il va falloir rester dans cet état pendant un bon moment avant de te faire prescrire une TRT.

Perso, j’ai attendu 1 an avec 0.6mg/ml de testo totale avant de commencer ma TRT

J'ai fait lors des deux dernières années 2 IRM hypophysaires (pas d'adénome à prolactine), 2 échographies testiculaires (pas de varicoceles mais testicules assez petites), un spermogramme (infertile alors qu'il y a quelques années ça allait bien), une bonne dizaine de prises de sang (quasi toutes en dessous des normes labos).

J'ai suivi un traitement à base de cabergoline car prolactine élevé, le traitement n'a pas engendré d'amélioration au niveau de la testo ou des symptômes.
La LH et FSH malgré une nette amélioration n'a entraîné aucun changemrnt sur les chiffres.

J'ai eu recours à un SARM plutôt que de la testo, ça m'a permis de ne pas être épuisé, de conserver mes valeurs de LH & FSH dans la norme mais de voir la testo s'effondrer davantage. L'autre avantage, c'est que la durée de vie est très courte.
 

olivierf57

On Highway to H(gH)ell - 51
Membre du Staff
SUPERMODO
J'ai fait lors des deux dernières années 2 IRM hypophysaires (pas d'adénome à prolactine), 2 échographies testiculaires (pas de varicoceles mais testicules assez petites), un spermogramme (infertile alors qu'il y a quelques années ça allait bien), une bonne dizaine de prises de sang (quasi toutes en dessous des normes labos).

J'ai suivi un traitement à base de cabergoline car prolactine élevé, le traitement n'a pas engendré d'amélioration au niveau de la testo ou des symptômes.
La LH et FSH malgré une nette amélioration n'a entraîné aucun changemrnt sur les chiffres.

J'ai eu recours à un SARM plutôt que de la testo, ça m'a permis de ne pas être épuisé, de conserver mes valeurs de LH & FSH dans la norme mais de voir la testo s'effondrer davantage. L'autre avantage, c'est que la durée de vie est très courte.
En effet, considère mon dernier post comme nul et non avenu ;) Tu as fait ce qu'il fallait.

Et on parle bien d'un taux de testosterone totale ? Concernant la bio disponible, quel est ton taux actuel ?

Pour les endos, on dit toujours que les chiffres sont une chose, le ressenti c'est autre chose, mais ils se basent en priorité sur les chiffres avant d'étudier ton cas. C'est surement pour cela que tu te sens bloqué et frustrés avec eux (sauf tomber sur un endo très ouvert aux méthodes US par exemple).

Le problème est que la sécu française les tanne et leur impose des dosages et des ordonnances surement avec quota. D'où le fait qu'ils soient si frileux à faire passer la population en TRT.

Car, on le sait très bien (c'est ce qu'il font déjà aux US, même si on n'a pas encore assez de recul sur le très long terme), si on pouvait passer en TRT tout homme de plus de 55-60 ans, le trou de la sécu serait nettement moins important.

Mais le CA de big pharma le serait tout autant.... D'où un big problem !
 

Jojo84

MEMBRE APPROUVÉ
En effet, considère mon dernier post comme nul et non avenu ;) Tu as fait ce qu'il fallait.

Et on parle bien d'un taux de testosterone totale ? Concernant la bio disponible, quel est ton taux actuel ?

Pour les endos, on dit toujours que les chiffres sont une chose, le ressenti c'est autre chose, mais ils se basent en priorité sur les chiffres avant d'étudier ton cas. C'est surement pour cela que tu te sens bloqué et frustrés avec eux (sauf tomber sur un endo très ouvert aux méthodes US par exemple).

Le problème est que la sécu française les tanne et leur impose des dosages et des ordonnances surement avec quota. D'où le fait qu'ils soient si frileux à faire passer la population en TRT.

Car, on le sait très bien (c'est ce qu'il font déjà aux US, même si on n'a pas encore assez de recul sur le très long terme), si on pouvait passer en TRT tout homme de plus de 55-60 ans, le trou de la sécu serait nettement moins important.

Mais le CA de big pharma le serait tout autant.... D'où un big problem !

On parle bien de testo totale. La testostérone biodisponible, mon endo actuel l'a considère comme inutile. Elle l'a juste fait tester une fois après que j'ai insisté et c'était aussi un cran en dessous de la norme labo.

Je peux confirmer qu'il n'y a que les chiffres qui comptent avec les endos. Le ressenti n'a absolument aucun impact sur leur capacité à prescrire tel ou tel médicament. 5/6 nmol (sachant que le labo où je me fais tester a des normes qui vont de 8 à 30), c'est considéré d'après eux comme un peu faible mais rien de bien inquiétant.
Quand je suis revenu avec 2 nmol par contre, là, ils se sont dit qu'il y avait quelque chose.

J'ai l'impression que le mot testostérone est tabou, les endos que j'ai consultées (toutes des femmes) m'ont toute dit que c'était dangereux, que ça rendait stérile alors qu'on sait très bien que c'est faux et qu'il existe des traitements (HCG, clomid...) pour relancer la production de spermatozoïdes.

J'aurais peut-être dû me tourner vers des urologues dès le départ.

C'est triste à dire mais c'est comme ça que ça fonctionne en France, on est bien en retard sur les traitements hormonaux masculins.

En Amérique du Nord, au Royaume-Uni, c'est déjà bien établi même si on passe surtout par des cliniques privées.

En France, après le parcours du combattant, on te propose une injection par mois.

Comme tu le dis, ça permettrait de résoudre tellement de problèmes de santé chez les hommes (impuissance, fatigue, perte musculaire, ostéoporose, dépression...) mais ça serait une perte financière énorme pour l'industrie pharmaceutique.
 

olivierf57

On Highway to H(gH)ell - 51
Membre du Staff
SUPERMODO
On parle bien de testo totale. La testostérone biodisponible, mon endo actuel l'a considère comme inutile. Elle l'a juste fait tester une fois après que j'ai insisté et c'était aussi un cran en dessous de la norme labo.

Je peux confirmer qu'il n'y a que les chiffres qui comptent avec les endos. Le ressenti n'a absolument aucun impact sur leur capacité à prescrire tel ou tel médicament. 5/6 nmol (sachant que le labo où je me fais tester a des normes qui vont de 8 à 30), c'est considéré d'après eux comme un peu faible mais rien de bien inquiétant.
Quand je suis revenu avec 2 nmol par contre, là, ils se sont dit qu'il y avait quelque chose.

J'ai l'impression que le mot testostérone est tabou, les endos que j'ai consultées (toutes des femmes) m'ont toute dit que c'était dangereux, que ça rendait stérile alors qu'on sait très bien que c'est faux et qu'il existe des traitements (HCG, clomid...) pour relancer la production de spermatozoïdes.

J'aurais peut-être dû me tourner vers des urologues dès le départ.

C'est triste à dire mais c'est comme ça que ça fonctionne en France, on est bien en retard sur les traitements hormonaux masculins.

En Amérique du Nord, au Royaume-Uni, c'est déjà bien établi même si on passe surtout par des cliniques privées.

En France, après le parcours du combattant, on te propose une injection par mois.

Comme tu le dis, ça permettrait de résoudre tellement de problèmes de santé chez les hommes (impuissance, fatigue, perte musculaire, ostéoporose, dépression...) mais ça serait une perte financière énorme pour l'industrie pharmaceutique.

Mon généraliste m’a tout d’abord dirigé vers un urologue, mais vu mon état, il m’a redirigé vers une endo.

Pour ce genre de troubles, c’est l’endo qui est le spécialiste.
 

cool.32

NEUROTYPE 1B
VIP
MEMBRE APPROUVÉ
VÉTÉRAN
Le problème est de trouver un endocrinologue, andrologue ou urologue qui a su évoluer depuis sa formation universitaire.
Qu'il ne soit pas frileux à faire tous les examens nécessaires.
De plus qu'il n'hésite pas à sortir des protocoles scandaleux que nous avons en France. Sans cela le ressenti du patient de peut-être complètement pris en compte.
Lorsque tu as trouvé le bon il faut le garder et lui parler franchement de tout.
Personnellement je garde le suivi avec une endocrinologue en france qui est relativement ouverte à sortir un peu des clous .
De plus elle n'a jamais hésité à me faire vraiment tous les tests utiles.
 
Haut