Dopage: substances et effets

LORD

YOUR WORKOUT IS MY WARM UP
VIP
MEMBRE APPROUVÉ
VÉTÉRAN
Il existe de très nombreuses substances et méthodes dopantes. Elles ont toutes pour but d'améliorer les performances du sportif, soit à court terme, soit à long terme. On y trouve :

Les amphétamines et autres excitants du système nerveux central

Les amphétamines

Produits de synthèse de structure chimique, les amphétamines agissent sur le système nerveux central. Elles ont de puissantes propriétés psychostimulantes antidépressives.

Les sportifs les utilisent afin de diminuer la sensation de fatigue, ce qui les conduit à dépasser leurs limites. En masquant le signal d'alarme qu'est la fatigue, elles peuvent lors d'efforts physiques importants provoquer un collapsus cardiaque et parfois la mort.

Les amphétamines entraînent une excitation nerveuse, suivie d'une importante fatigue et d'un épuisement nerveux. La prise régulière d'amphétamines conduit à la toxicomanie.

La caféine

Découvert en 1820, cet alcaloïde se trouve dans différentes plantes comme le café, le thé, le cacao, la noix de cola. Son action provoque une augmentation de la fréquence cardiaque, facilite le travail intellectuel et musculaire.

Elle est également un bon stimulateur et repousse l'apparition du sommeil. Pendant des exercices prolongés, elle favorise le métabolisme des graisses en augmentant la libération d'acide gras dans le sang.

Les catécholamines

Comprennent l'adrénaline, la noradrénaline, la dopamine et l'isoaprénaline.

Seule l'adrénaline est utilisée comme substance dopante pour ses effets:

stimulation du système nerveux central
vasoconstriction des vaisseaux sanguins
augmentation de la force contractile du coeur
augmentation de la pression artérielle
diminution du débit cardiaque

La cocaïne

Elle est issue de la feuille de coca d'Amérique du sud, puissant excitant du système nerveux central. Elle augmente l'activité cérébrale et sa prise répétée conduit à une toxicomanie, la cocaïnomanie.

L'éphédrine

Extraite d'un arbuste, l'éphédra, elle potentialise l'action de l'adrénaline. Elle tonifie les muscles squelettiques et stimule également le système nerveux central.

L'éphédrine est un vasodilatateur bronchique, son utilisation abusive provoque des céphalées, de la tachycardie, de l'anxiété et de l'insomnie.

La strychnine

Elle est issue des plantes loganiacées parmi lesquelles se trouve la fève de saint-Ignace et la noix vomique. Son absorption entraîne une hyperexcitabilité musculaire, qui fait que les muscles ont davantage de réflexes.

Le trouble le plus important qu'elle provoque est un coma avec convulsions qui peut provoquer la mort.

Substances à effets cardiovasculaire

Les bêtabloquants (ou bêta-inhibiteurs)

Les bêtabloquants sont utilisés pour soigner la tachycardie due à l'émotivité du sportif. Ils ont un effet d'oxygénation sur le myocarde.

Pendant la compétition, le sportif contrôle mieux sa fréquence cardiaque qui diminue sous l'action du produit bêtabloquant. Utilisés sans grandes précautions ces produits peuvent entraîner une insuffisance cardiaque, des crises d'asthme ainsi qu'une dépression psychique.

Le camphre

Est une substance aromatique extraite des plantes telles que le camphrier, la matricaire, le romarin, etc. Il est utilisé dans le domaine sportif sous forme de pommade ou d'injection intramusculaire.

Son effet se porte sur le centre respiratoire bulbaire et provoque une vasodilatation des vaisseaux du coeur et des muscles. Son action est peu efficace.

La digitaline

Le pharmacien Nativelle la prépara en 1868 à partir de la feuille de digitale pourprée. C'est un tonicardiaque qui augmente les contractions du muscle cardiaque et accroît le volume du sang pompé à chaque battement. Son intoxication provoque des nausées, des vomissements, une perte de l'appétit et le coeur peut présenter une arythmie.

Les antidépresseurs et les sédatifs

Les inhibiteurs de la mono-amine oxydase (IMAO)

Ces médicaments freinent la destruction de l'adrénaline et de la noradrénaline. Ils ont un effet psychotonique, antalgique et vasodilatateur. Les sportifs les utilisent pour diminuer la tension nerveuse due au stress de la compétition.

Les sédatifs

Sont des médicaments qui provoquent une légère dépression du système nerveux central. Ils apaisent les sportifs soumis au stress d'une épreuve sportive.

Les hormones

Les corticostéroïdes

Les corticostéroïdes ont une action anti-inflammatoire, euphorisante, et repoussent la fatigue. Ces hormones sont utilisées dans les sports d'endurance. Les effets néfastes possibles:

désordres hydroélectrolytiques
troubles endocriniens et métaboliques
arrêt de la croissance chez l'enfant
insuffisance cardiaque
chez la femme, irrégularités menstruelles
atrophie musculaire
ostéoporose (parfois définitive)
ostéonécrose des têtes fémorales
tassements vertébraux
ulcères gastro duodénal avec hémorragies digestives
pancréatites
atrophies cutanées
retard de cicatrisation
acné surtout dorsale
troubles psychiques
troubles oculaires

N.B. Ces effets indésirables sont surtout à craindre lors d'un traitement prolongé et à fortes doses. Toute prise de corticoïdes ne peut s'effectuer que sous contrôle médical strict.

La testostérone

C'est une hormone sexuelle qui favorise l'anabolisme protidique et diminue la perte d'azote.

Elle joue un rôle essentiel dans le développement musculaire et l'accroissement de la force. Elle est utilisée dans les sports de force (ex: l'haltérophilie).

Les risques:

acné
gynécomastie (hypertrophie des seins chez l'homme)
allergie
risque de rétention hydrosodée (oedèmes)

Les stéroïdes anabolisants

Les anabolisants stéroïdiens sont des dérivés synthétiques de la testostérone qui, sous l'influence d'un entraînement adapté, aboutit au développement de la masse et de la force musculaire d'un sportif.

Les stéroïdes les plus utilisés sont des hormones proches de la testostérone. Les hormones sexuelles possèdent un fort pouvoir anabolisant (l'anabolisme consiste à transformer les matériaux nutritifs en tissus vivants au sein de l'organisme). Les stéroïdes fixent la protéine musculaire et permettent l'augmentation de poids corporel, par action positive sur la masse musculaire.

Les indications de telles substances doivent être rares et prudentes, car le mécanisme complexe et fragile du système hormonal peut être perturbé. Les anabolisants stéroïdiens ont des effets néfastes sur la santé. Ils occasionnent des dégâts parfois irréversibles à savoir:

acné, séborrhée (peau et cheveux gras)
augmentation possible des lipides dans le sang
troubles hormonaux chez la femme
troubles de l'ovulation, aménorrhée (arrêt des règles)
troubles hépatiques cholostatiques
troubles du comportement (agressivité)
troubles électrolytiques: oedème, rétention d'eau
atrophie testiculaire chez l'homme
masculination chez la femme
troubles psychologiques
augmentation de la libido
accident tendineux

L'autotransfusion sanguine

Consiste à prélever sur un athlète une quantité de 800 à 1200 ml de son propre sang. Ce prélèvement sera fait pendant sa période d'entraînement, et lui sera réinjecté plusieurs semaines plus tard, juste avant une compétition.

Cette augmentation subite de volume sanguin accroît le taux d'hémoglobine du sang, ce qui permet de transporter plus d'oxygène aux cellules et d'améliorer la performance.

Cette transfusion occasionne au muscle cardiaque un travail conséquent qui peut lui être préjudiciable. Il y a également risque d'embolie gazeuse lors de la transfusion.
 
Top