Clenbutérol.

Status
Pas ouvert à d'autres réponses

kurt

MEMBRE APPROUVÉ
VÉTÉRAN
Clenbutérol n’est pas un stéroïde anabolisant mais un médicament par voie orale utilisé pour combattre l’asthme.

Nous le citons dans cet ouvrage car ses propriétés anti-cataboliques et thermogéniques en ont fait un produit apprécié dans le milieu du bodybuilding.

Clenbutérol est une préparation qui produit simultanément une perte de graisses et des gains en force et en densité musculaire.
C’est pourquoi Clenbutérol est utilisé par les culturistes surtout avant une compétition afin d’obtenir un aspect très strié.

Cette double action est due à la formule chimique du Clenbutérol, qui est un sympathicomimétique Beta-2.

Cela signifie que Clenbutérol a la faculté d’agir sur un certain type de récepteurs nommés récepteurs Beta-2.

Son mode d’action est analogue à celui des autres molécules qui activent les cellules Beta 2 comme l’adrénaline (appelée aussi épinephrine) : il stimule la formation de l’AMP cyclique (Adénosine MonoPhosphate) à partir de l’ATP (Adénosine TriPhosphate).

Les effets obtenus sont comparables à ceux du stack ephedrine/caféine/aspirine mais en plus forts : un effet anti-catabolique qui évite de perdre la masse musculaire acquise au cours d’un cycle de stéroïdes et un effet thermogénique (hausse de la température du corps) qui favorise la combustion des graisses.

Cependant, si Clenbutérol produit une bonne prise de force et un assèchement, la prise de masse à laquelle on peut s’attendre avec ce produit est nettement moins importante qu’avec de puissants androgènes comme la testostérone, puisqu’il permet principalement de conserver la masse musculaire déjà acquise tout en stimulant modestement la synthèse protéique.
On constate habituellement un gain de 1 ou 2 kilos sur une période de 2 semaines.

C’est relativement peu mais si l’on considère que Clenbutérol est avant tout un « mangeur de graisses » très efficace, les utilisateurs sont tout de même satisfaits d’obtenir en plus un léger gain en muscle sec et durable.

Clenbutérol n’étant pas un stéroïde anabolisant, il n’est pas concerné par la plupart des effets secondaires androgènes constatés habituellement avec les produits cités dans ce site.

Clenbutérol ne provoque pas d’acné, de virilisation ou autres effets androgènes habituels et c’est la raison pour laquelle il est assez apprécié par les femmes qui pratiquent le culturisme.

En revanche Clenbutérol cause fréquemment de l’hypertension artérielle ou des palpitations cardiaques. Il est important de surveiller sa tension en la mesurant plusieurs fois par jour à l’aide d’un appareil pendant un cycle de Clenbutérol.

A très haute dose, il faut savoir qu’il y a un risque de mort subite avec ce produit. Les culturistes sont donc très prudents avec les doses de Clenbutérol (cette règle est néanmoins valable pour tous les stéroïdes).
Aux doses habituelles Clenbutérol cause généralement quelques effets secondaires indésirables qui sont : nausées, vomissements, anxiété, insomnies et tremblements qui peuvent être très gênants si l’utilisateur exerce un métier exigeant un certaine dextérité.

Ces effets en sont que temporaires mais cependant assez désagréables, c’est pourquoi beaucoup de culturistes préfèrent utiliser Ripped Fuel des laboratoires Twinlabs qui est un bon thermogénique avec peu d’effets secondaires.

La dose habituelle de Clenbutérol pour un culturiste est de 0,06 à 0,14 mg par jour, soit 3 à 7 comprimés de 0,02 mg.
On prend Clenbutérol pendant 2 jours, puis on ne prend rien pendant 2 jours, et ainsi de suite, durant 2 à 3 semaines au grand maximum.

Après ces 2 à 3 semaines, les récepteurs sont saturés et le produit devient inefficace.

Les culturistes interrompent donc le traitement durant 2 semaines avant de recommencer comme au début.
La durée totale du cycle de Clenbutérol, y compris les périodes d’interruption, ne doit pas excéder 10 à 12 semaines.

Chez la femme les doses utilisées varient entre 0,04 et 0,10 mg par jour, soit 2 à 5 comprimés de 0,02 mg.
Chez l’homme comme chez la femme la règle habituelle de progressivité est recommandée : la plupart des sportifs ont le bon sens de commencer à 1 comprimé par jour puis de poursuivre en augmentant progressivement de 1 comprimé par jour.

Stack « perte de graisses radicale » : Clenbutérol + Cynomel ou Zaditen. En utilisant 0,25 mg de Cynomel ou bien 0,10 mg de Zaditen (ketotifene) par jour, le culturiste peut se permettre de réduire de moitié la dose de Clenbutérol utilisé tout en obtenant un résultat thermogénique bien meilleur qu’avec du Clenbutérol tout seul, et donc une combustion graisseuse accrue.
Ce stack s’avère redoutablement efficace en ce qui concerne l’élimination des graisses et concerne en particulier le culturiste qui veut obtenir une musculature striée avant une compétition.

Ajoutons qu’il est déconseillé d’utiliser l’éphédrine en stack avec Clenbutérol pour cause d’effets secondaires trop importants.

Clenbutérol est fabriqué en comprimés de 0,01 ou 0,02 mg dans plusieurs pays, notamment en Italie, au Portugal et en Allemagne.
Les comprimés de 0,02 mg sont les plus répandus. Clenbutérol est également fabriqué en sirop (très efficace).

Fiche technique : Clenbutérol.
Molécule : clenbutérol
Voie : orale
Catégorie : médicament contre l’asthme
Effets positifs : anti-catabolique thermogénique
Effets négatifs : nausées, tremblements insomnies,risque de mort à haute dose
Dose : 0,06 à 0,14 mg/jour pour l’homme
0,04 à 0,10 mg/jour pour la femme
Force : **
Masse : *
Danger : ****
 
Status
Pas ouvert à d'autres réponses
muscleanabolics
buildblaster
coq musclé
roidsmania
Granabolic
pharmacommunity
europharmma
ashop
deuspower
from inside to you
Meditrope
Ultima pharma

Derniers messages

bodytech
Top