Adonis Complex: The Secret Crisis of Male Body Obsession

Dauph

Banni
par Claire Senécal.

Beaucoup a été écrit sur le problème de perception de l’image corporelle chez les femmes anorexiques mais ce n’est que depuis peu qu’il a été reconnu qu’un problème semblable affligeait l’homme. L’obsession reliée à la perception du corps est la même et les psychiatres parlent alors d’anorexie nerveuse inversée. Pour la femme anorexique le corps est toujours trop gros tandis que pour l’homme anorexique la masse musculaire de son corps n’est jamais assez grosse.

Problèmes cliniques
Durant les entrevues faites pour la recherche sur les désordres d’image corporelle chez les hommes, certains bodybuilders provenant de gymnases de Boston et de Los Angeles ont confiés qu’ils se percevaient plus petits et fragiles même s’ils étaient larges et très musclés. Certains étaient tellement préoccupés par leur supposée petitesse qu’ils refusaient de se dévêtir à la plage (Pope et al 1993). Ils levaient de façon obsessives des poids durant des heures et ceci tous les jours parfois sacrifiant des relations sociales importantes, le travail ou leur santé physique. Certains possédaient des degrés universitaires en affaires, droit et médecine mais avaient délaissés leur profession parcequ’ils avaient besoin de plus de temps pour aller au gymnase (Pope et al 1997, Olivardia et al 2000).

Dans plusieurs de ces cas, les hommes avaient utilisés des stéroïdes anabolisants ou autres types de drogues pour être plus gros; paradoxalement plusieurs se sentaient plus insécures à propos de leur volume musculaire après avoir pris des stéroïdes.

En résumé, ces hommes manifestaient une anorexie nerveuse inversée (reverse anoraxia nervosa) et aucun n’avait consulté un médecin à ce sujet.

Sur un série de 160 bodybuilders 16 (10%) hommes ont avoués avoir fait des compromis dans leur vie sociale et professionnelle à cause de leur obsession musculaire suggérant ainsi que des centaines de milliers d’américains mâles peuvent vivre ces symptômes de façon secrète.

Jusqu'à la maladie mentale
Aussi secret est l’effet pervers de l'utilisation abusive des stéroïdes qui ne sont pas seulement utilisées pour des performances sportives mais simplement pour paraître plus gros.

L’utilisation de cette drogue est potentiellement dangereuse à long terme mais à court terme elle risque de provoquer des troubles psychiatriques tel que des crises maniaques et agressives durant la prise des stéroïdes et des états dépressifs lors du sevrage.

Un sondage fait ressortir que six pourcent des garçons de niveau secondaire auraient utilisé des stéroïdes anabolisants et entre deux et trois milliers d’hommes américains. « Et ce serait des données conservatrices. Ceci est un nombre époustouflant d’hommes qui s’utilisent comme cochon d’Inde avec des produits qui ne sont pas encore bien compris. Les stéroïdes peuvent provoquer des maladies cardiaques, des crises cardiaques, le cancer de la prostate et des symptômes psychiatriques. Une récente étude semble également démontrer que la prise de stéroïdes créerait des conditions favorables pour développer une dépendances aux opiacés. « (Pope et al 2000)

Les hommes qui souffrent de distorsion de leur image corporelle se décrivent comme étant terriblement souffrant et se soulagent en retournant s‘entraîner tous les jours. Ils se sentent honteux de leur image et souffrent continuellement d’anxiété et de dépression.

Ces hommes atteint d’anorexie nerveuse inversée , risque souvent l’autodestruction en persistant dans leur entraînement de façon compulsive même s’ils ressentent de la douleur ou sont blessés, ou persistent dans une diète faible en gras et riche en protéines même s’ils souffrent de faim chronique.

Les tourments et les préoccupations de ces hommes sont rarement soulagés par l’augmentation de leur masse musculaire.

En terme psychiatrique une préoccupation continuelle est traduite comme étant une obsession ou idée obsessionnelle. Les gens sont portés vers des gestes répétitifs ( compulsion) pour répondre à ces obsessions.

Selon Pope, Phillips et Oliverdia (2000) certains hommes sont conscients que leur idée obsessionnelle est irrationnelle et que leur comportement compulsif est futile. Mais malgré ça ils sont incapable d’arrêter leur compulsion et comportements autodestructeurs. Leur honte et leurs autocritiques semblent prendre le dessus sur les pensées rationnelles et forcent ces hommes à nourrir leur obsession plutôt que d’avoir une vie épanouie.

Les symptômes
Voici les symptômes à surveiller:

Exercice excessif qui n’est pas nécessaire pour l’école ou une autre activité.

S’inscrire dans un sport avec comme seule motivation l’apparence et non le plaisir du jeu.

Fixation sur l’apparence d’un modèle tel qu’un homme très musclé ou une vedette de cinéma.

Utilisation d’une grande quantité de suppléments alimentaires (créatine, protéine, stéroïdes).

Changement brusque de poids.

Technique dangereuse pour perdre du poids : diète extrême, laxatif, vomissement, diurétiques.

Trop de temps/argent mis sur le toilettage et ses produits.

Sentiment dépressif et persistant de ne jamais avoir le bon look.

A continuellement besoin d’être rassuré sur son apparence.


Source : http://ww2.college-em.qc.ca
 

diabolo

MEMBRE APPROUVÉ
VÉTÉRAN
je crois qu on a tous au moins un point commun avec cet article:smiles-devil:
 

mass007

M.QUEBEC EST 2009
MEMBRE APPROUVÉ
VÉTÉRAN
Tres bon article!ca défini exactement le coté sombre de notre sport,et comme je dis toujours le bodybuilding c'est plus qu'un simple sport,c'est un mode de vie.Il faut faire attention pour ne pas déborder,surtout avec internet maintenant c'est plus facile que jamais de se procurer des produits,c'est merveilleux!,mais il faut savoir garder la tete froide et savoir faire la part des chose.
 
ashop
muscleanabolics
deuspower
Ultima pharma
Meditrope
europharmma
from inside to you
pharmacommunity
roidsmania
coq musclé
buildblaster
Granabolic

Derniers messages

bodytech
Top